ÉconomieMaroc

Revue de Presse Marocaine : Échos du Lundi 12 Février

La revue de presse marocaine du lundi 12 février offre un aperçu captivant des événements économiques, politiques et sociaux qui ont marqué la journée. Des sujets allant de l’innovation technologique avec la promotion de la banque de projets par l’OMPIC à l’augmentation du prix de référence de la sardine industrielle, en passant par les préoccupations concernant le coût croissant du crédit pour les entreprises non financières privées. De plus, la nouvelle configuration politique au Sahel, les enjeux du logement et les débats sur le modèle agricole marocain sont également abordés. Enfin, les efforts de renforcement des relations entre le Maroc et la Mauritanie ajoutent une dimension diplomatique importante à cette revue de presse.

Cette compilation offre un regard approfondi sur les défis et les opportunités auxquels le Maroc est confronté, reflétant la diversité et la complexité de son paysage sociopolitique et économique.

L’Économiste : L’Ompic Encourage l’Innovation à Travers sa Banque de Projets

Après les centres techniques industriels (CTI), l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) s’apprête à accueillir les clusters à son siège, au début du mois de mars. L’objectif du workshop, qui sera organisé à cette occasion, est de leur présenter sa banque de projets et la plateforme IP Marketplace ainsi que les multiples opportunités qu’elles offrent. En effet, ces deux outils mis en place par l’Ompic sont destinés à booster l’innovation technologique à travers la commercialisation et la valorisation des brevets d’invention au Maroc. La banque de projets innovants regroupe ainsi des innovations puisées dans la base mondiale de données des brevets. Elle comprend notamment des brevets d’invention tombés dans le domaine public ou libres d’exploitation au Maroc.

Les Inspirations Éco : Augmentation du Prix de Référence de la Sardine Industrielle

La nouvelle de l’augmentation du prix de référence de la sardine industrielle pourrait faire l’effet d’une bombe. Les professionnels de la pêche côtière viennent de se mettre d’accord sur la révision du prix de référence sortie de port de la sardine qui passe de 2,80 à 3,05 DH le kilo, toutes taxes comprises, soit une hausse de 25 centimes. Ce poisson du pauvre, tel qu’il est communément appelé, demeure l’aliment de mer le plus accessible. Ainsi, cette hausse pourrait engendrer un tollé. Toutefois, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. En dépit de l’augmentation des prix de référence de la sardine industrielle, le consommateur ne sera pas touché.

Le Matin : Coût du Crédit pour les Entreprises Non Financières Privées au Plus Haut Niveau

Le taux d’intérêt des crédits accordés aux entreprises non financières privées a atteint 5,42% au 4e trimestre de 2023, soit un sommet inédit depuis au moins 2019. Les grandes entreprises sont particulièrement touchées, avec un taux débiteur atteignant un pic de 5,25%. Les TPME ne sont pas épargnées, avec un taux de 5,70%, se situant parmi les plus élevés des cinq dernières années. Cette flambée des taux de crédit, combinée à une stagnation apparente des conditions de financement, soulève des préoccupations quant à l’accessibilité au crédit pour les acteurs économiques.

L’Opinion : Une Nouvelle Configuration au Sahel où le Maroc Occupe une Place Centrale

Le divorce du Mali, du Niger et du Burkina Faso avec la CEDEAO est désormais consommé. Réunis par une nouvelle alliance politico-militaire, les trois pays, dirigés par de nouveaux régimes de transition, semblent voir leur avenir au-delà de la communauté ouest-africaine, coupable à leurs yeux de brutalité à leur égard après les changements de régime. Dans cette nouvelle reconfiguration géopolitique, l’accès à l’Atlantique est érigé en priorité stratégique par le nouveau régime de Bamako qui a d’ores et déjà adhéré à l’initiative proposée par le Maroc de faciliter l’accès des Etats du Sahel à l’océan Atlantique, aux côtés du Niger, du Tchad et du Burkina Faso, suite à la réunion ministérielle de coordination, tenue le 23 décembre à Marrakech. Le Royaume se positionne ainsi comme paramètre important dans la nouvelle reconfiguration de la région.

Al Bayane : Aide au Logement, une aubaine pour les promoteurs peu scrupuleux

L’on dénonce déjà une révision à la hausse des prix de vente des biens immobiliers. Le prix du logement économique est vite passé de 250.000 à 300.000 dirhams, voire plus quelques semaines avant le démarrage du programme d’aide au logement couvrant la période 2024- 2028. Une hausse qui touche aussi les autres biens dont le prix d’acquisition est supérieur ou égal à 700.000 dirhams. Pire encore, la désinformation et les pratiques favorisant la corruption et l’octroi du noir jouent pleinement et pénalisent le client. Plus encore, certains projets immobiliers sont toujours en cours de construction et les délais de livraison ne sont pas affichés ni connus. Et pourtant, les agents commerciaux confirment que le projet en question bénéficie de la subvention au logement et proposent le versement d’une somme au titre d’avance pour réserver le bien immobilier.

Libération : Le Modèle Agricole Actuel ? Un Fiasco

“Il n’y aura pas de changement du modèle agricole marocain”, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors de sa dernière conférence de presse. Selon lui, “le pays doit assurer des produits agricoles à des prix raisonnables ainsi que des postes d’emploi dans le monde rural”. Pour Mohamed Chaoui, politologue, la réponse du porte-parole du gouvernement n’a rien de surprenant malgré la récurrence des demandes appelant à repenser le modèle agricole marocain qui a démontré ses limites lors de la crise de Covid-19 et lors de la guerre en mer Noire. “Le gouvernement ne peut, en aucun cas, remettre en cause le modèle agricole national puisqu’Akhannouch a assumé la responsabilité de ce dossier pendant longtemps en tant que ministre de l’Agriculture avant d’en être responsable en tant que chef du gouvernement”, nous a-t-il indiqué. Pis, l’Exécutif cherche à faire croire que l’actuelle flambée des prix des fruits et légumes est due à des facteurs externes et conjoncturels allant jusqu’à considérer toute critique n’allant pas dans ce sens.

Al Ahdath almaghribia : Renforcement des Relations Maroco-Mauritaniennes

Le renforcement des relations entre le Maroc et la Mauritanie a été au centre d’une série d’entretiens tenus samedi à Nouakchott entre le président de la Chambre des Représentants, Rachid Talbi Alami, et plusieurs membres du gouvernement mauritanien. Ces entretiens ont eu lieu dans le cadre de la visite de travail qu’effectue Talbi El Alami en Mauritanie, à la tête d’une importante délégation parlementaire, visant à contribuer davantage à la dynamique positive des relations maroco-mauritaniennes et les hisser au niveau des aspirations des dirigeants des deux pays, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Bouton retour en haut de la page