Auto

Rappel massif de Tesla sur plus de 2 millions de véhicules pour des failles de sécurité d’Autopilot

Tesla rappelle plus de 2 millions de véhicules aux États-Unis, couvrant presque l’ensemble de sa gamme de modèles, pour corriger un système défectueux censé garantir que les conducteurs restent attentifs lorsqu’ils utilisent Autopilot.

Enquête de deux ans et rappel pour corriger des failles de sécurité

Des documents publiés mercredi par les régulateurs américains de la sécurité routière indiquent que l’entreprise enverra une mise à jour logicielle pour résoudre ces problèmes.

Ce rappel fait suite à une enquête de deux ans de l’Administration nationale de la sécurité routière sur une série d’accidents survenus lors de l’utilisation du système de conduite partiellement automatisé Autopilot. Certains de ces incidents ont été mortels.

L’agence affirme que son enquête a révélé que la méthode d’Autopilot pour s’assurer que les conducteurs restent attentifs peut être insuffisante et peut entraîner un usage prévisible inapproprié du système.

Modèles concernés et mise à jour logicielle

Le rappel concerne les modèles Y, S, 3 et X produits entre le 5 octobre 2012 et le 7 décembre de cette année.

La mise à jour logicielle comprend des commandes et des alertes supplémentaires « pour encourager davantage le conducteur à respecter sa responsabilité de conduite continue », indiquent les documents.

Cette mise à jour devait être envoyée à certains véhicules concernés le mardi, les autres la recevront ultérieurement, précisent les documents.

Limitation de l’utilisation d’Autosteer

Autopilot comprend des fonctionnalités telles qu’Autosteer et Traffic Aware Cruise Control, Autosteer étant destiné à être utilisé sur les autoroutes à accès limité lorsqu’il n’opère pas avec une fonction plus sophistiquée appelée Autosteer on City Streets.

La mise à jour logicielle limitera apparemment l’endroit où Autosteer peut être utilisé.

Renforcement des contrôles et alertes

Selon le matériel Tesla, les contrôles ajoutés comprennent « l’augmentation de la visibilité » des alertes visuelles, la simplification de la manière dont Autosteer est activé et désactivé, des vérifications supplémentaires pour s’assurer qu’Autosteer n’est pas utilisé en dehors des voies d’accès contrôlées, et une « suspension éventuelle de l’utilisation d’Autosteer si le conducteur ne démontre pas de manière répétée une responsabilité de conduite continue et soutenue », indiquent les documents de rappel.

Collaboration avec les régulateurs et perspectives d’avenir

Les documents de rappel indiquent que les enquêteurs de l’agence ont rencontré Tesla à partir d’octobre pour expliquer les « conclusions provisoires » sur la correction du système de surveillance. Tesla, affirme-t-on, n’était pas d’accord avec l’analyse de l’agence mais a accepté le rappel le 5 décembre pour résoudre l’enquête.

Appels à une régulation renforcée du système de surveillance du conducteur

Les défenseurs de la sécurité routière réclament depuis des années une régulation renforcée du système de surveillance du conducteur, qui détecte principalement si les mains du conducteur sont sur le volant. Ils réclament l’utilisation de caméras pour s’assurer que le conducteur reste attentif, comme le font d’autres constructeurs automobiles avec des systèmes similaires.

Autopilot, un assistant à ne pas sous-estimer

Autopilot peut diriger, accélérer et freiner automatiquement dans sa voie, mais il s’agit d’un système d’assistance à la conduite et ne peut pas se conduire lui-même malgré son nom. Des tests indépendants ont montré que le système de surveillance est facile à tromper, au point que des conducteurs ont été surpris en état d’ivresse ou même assis à l’arrière du véhicule.

Dans son rapport de défaut déposé auprès de l’agence de sécurité, Tesla a déclaré que les commandes d’Autopilot « peuvent ne pas être suffisantes pour éviter un usage abusif par le conducteur ».

Maintien de la sécurité sur la route

Tesla affirme sur son site web que la sécurité est renforcée lorsque Autopilot est activé. NHTSA a dépêché des enquêteurs sur 35 accidents impliquant des Tesla depuis 2016, où l’agence soupçonne que les véhicules fonctionnaient sur un système automatisé. Au moins 17 personnes ont perdu la vie.

Surveillance continue et rappels de sécurité

Les enquêtes font partie d’une enquête plus large de la NHTSA sur plusieurs cas de Teslas utilisant Autopilot et percutant des véhicules d’urgence stationnés pour intervenir sur d’autres accidents. La NHTSA s’est montrée plus agressive pour résoudre les problèmes de sécurité liés aux Tesla au cours de la dernière année, annonçant plusieurs rappels et enquêtes, y compris un rappel du logiciel Full Self Driving.

En mai, le secrétaire aux Transports Pete Buttigieg, dont le département comprend la NHTSA, a déclaré que Tesla ne devrait pas appeler son système Autopilot car il ne peut pas conduire seul.

Dans sa déclaration de mercredi, la NHTSA a déclaré que l’enquête sur Tesla reste ouverte « pendant que nous surveillons l’efficacité des solutions proposées par Tesla et continuons de travailler avec le constructeur automobile pour garantir le plus haut niveau de sécurité ».

Bouton retour en haut de la page