Faits divers - Monde

Ossements d’Emile retrouvés au Vernet : Des « analyses anthropologiques » pour « reconstruire l’histoire »

La découverte ce samedi à proximité du hameau du Vernet transforme l’enquête.

Le crâne du petit Emile, disparu le 8 juillet 2023, a été retrouvé à 1 kilomètre du hameau du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence).

Âgé de 2 ans et demi, Emile a disparu du hameau du Haut-Vernet le 8 juillet dernier alors qu’il était en vacances dans la maison de ses grands-parents.

Depuis, tout un village vivait au rythme des recherches du petit garçon. La découverte, ce samedi 30 mars, du crâne d’Emile par une randonneuse à un petit kilomètre du hameau où il avait été vu la dernière fois, fait basculer l’enquête dans une tout autre dimension. Il s’agit désormais pour les enquêteurs non plus de rechercher le petit garçon disparu mais de déterminer les causes de sa mort…

« Déceler des traces »

Les ossements, dont le crâne, découverts samedi par une randonneuse devraient être transportés à Cergy (Val-d’Oise), au siège de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

Ils « vont faire l’objet d’analyses visuelles, physiques ou encore chimiques » afin de tenter de déterminer les causes et les circonstances du décès du petit Émile, confie une source proche du dossier à nos confrères du Dauphiné Libéré.

« Les analyses anthropologiques visent notamment à déceler des traces de cassures, de microfissures, de fissures ou de morsures éventuelles par un animal. Il faut déterminer quelle est l’histoire de ces ossements, dans quel contexte ils ont évolué avant qu’ils ne soient retrouvés. Étaient-ils à l’intérieur du sol ou à l’intérieur d’une habitation », explique cette source.

« Le 30 mars, la gendarmerie nationale était informée de la découverte à proximité du hameau Vernet d’ossements », indique le procureur de la République d’Aix-en-Provence, Jean-Luc Blachon, dans un communiqué transmis ce dimanche 31 mars.

« Les enquêteurs prenaient possession des ossements immédiatement transportés à l’IRCGN afin de faire procéder à des analyses d’identification génétiques qui permettaient de conclure ce 31 mars qu’il s’agissait des ossements de l’enfant Émile », écrit encore le magistrat.

Media7

Media 7, votre source d’actualités en ligne. Notre mission est de fournir des informations précises, impartiales et à jour sur les événements nationaux et internationaux qui comptent pour vous.
Bouton retour en haut de la page