Politique

L’expérience parlementaire marocaine, un modèle à suivre

vendredi, 9 février, 2024 à 12:18

Propos recueillis par Younes AKJOUJ.

Rabat – L’expérience parlementaire marocaine, riche de six décennies de pratique démocratique, est un modèle à suivre notamment au niveau de l’efficience de l’action parlementaire, a indiqué le président de l’Association des Secrétaires généraux des parlements arabes, Ahmed Bin Nasser Al Fadala.

Dans un entretien accordé à la MAP en marge de sa visite au Maroc, à la tête d’une importante délégation, au cours de laquelle il a eu des entretiens avec les présidents des deux Chambres du Parlement, M. Al Fadala a salué l’expérience marocaine de “très longue date et réussie” en matière parlementaire, notamment en matière de complémentarité entre les chambres de représentants et de conseillers.

Il a souligné, à ce titre, que cette complémentarité a permis à cette institution législative d’être très fructueuse au niveau de la législation, du contrôle et d’évaluation des politiques publiques, notant que l’expérience parlementaire marocaine est hautement appréciée.

M. Al Fadala a ajouté que sa visite dans le Royaume est de nature à consolider les relations avec le parlement marocain et à ouvrir de larges perspectives notamment sur le plan de la diplomatie parlementaire afin de renforcer l’interaction entre l’Association des Secrétaires généraux des parlements arabes et les questions et événements intéressant la nation arabe.

Evoquant par ailleurs le rôle de l’association, M. Al Fadala a mis l’accent sur ses missions qui s’articulent autour de la promotion de l’action parlementaire dans ses aspects liés à l’administration et à la diplomatie, faisant savoir que l’association a publié récemment un guide pour unifier les compétences des secrétaires généraux des parlements arabes dans le but de moderniser les mécanismes de la pratique législative arabe et de la rendre plus efficace.

Dans ce cadre, il a tenu à rappeler les efforts déployés par l’Association des Secrétaires généraux des parlements arabes notamment en ce qui concerne la mise en place d’un centre de formation au profit du personnel des parlements membres de cette association, affirmant que ce centre constitue un espace d’échange d’expériences et d’expertises entre ses institutions législatives et une opportunité idoine pour participer à des ateliers dédiés au développement du travail parlementaire dans son volet administratif.

De même, il a indiqué que l’Association a noué un partenariat avec les Nations Unies axé sur l’organisation de sessions de formations et de stages au profit de parlementaires et du personnel administratif desdits parlements, le but étant de promouvoir le travail parlementaire arabe sur les plans administratif et parlementaire.

L’Association des Secrétaires généraux des parlements arabes, dont le siège est au Koweït, s’attèle à promouvoir le travail parlementaire arabe et à coordonner les positions arabes sur divers sujets et questions.

Outre les secrétaires généraux des parlements arabes, l’Association compte parmi ses membres le secrétaire général du Parlement arabe et le secrétaire général de l’Union interparlementaire arabe.

Bouton retour en haut de la page