Monde

Aude : l’intelligence artificielle au service des pompiers audois, un exemple pour les Sdis de France

Au lendemain du congrès national des sapeurs-pompiers qui s’est tenu à Toulouse, retour sur un événement où les pompiers audois ont pu montrer leur savoir-faire à travers diverses présentations ou démonstrations. Occasion pour les élus présents de constater que le matériel coûte cher, et que les pompiers ne pourraient pas continuer à être dans la recherche et le développement pour l’Aude sans le budget qu’ils votent…

Rendez-vous annuel incontournable ayant réuni sur quatre jours près de 500 exposants, 3 000 congressistes et quelque 80 000 visiteurs, le Congrés national des sapeurs-pompiers de France, 129e du nom, s’est tenu à Toulouse du 4 au 8 octobre. Pour l’occasion, ce sont près de 200 agents du Service départemental d’incendie et de secours de l’Aude (Sdis 11), – jeunes et anciens sapeurs-pompiers, ainsi que des personnels administratifs -, qui ont ainsi fait le déplacement avec une délégation d’élus audois. Parmi ces derniers, étaient notamment présents le président du Sdis 11 Christian Raynaud, ou encore le maire de Trèbes Eric Ménassi, également président de l’association des maires de l’Aude. Lors de ce congrès des sapeurs-pompiers de France, considéré comme « le plus grand magasin » de l’Hexagone par les principaux intéressés, tous les types de matériels ou d’équipements ont été présentés. Avec des savoir-faire et des innovations qui ont un coût.

La délégation des Audois pour le Congrès national des sapeurs-pompiers de France, à Toulouse.

 

En voie d’être récupérée par le Sdis après sa présentation au congrès, il y a notamment cette berce logistique à 120 000€, fabriquée par une société chaurienne, qui permettra à 300 pompiers d’être nourris lors d’interventions sur des gros feux ou des inondations. Pour le colonel Christophe Magny, directeur du Sdis 11, « ça fait partie de nos missions d’avoir cette capacité à accueillir et à restaurer ». Un véhicule de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) a aussi été présenté par le Sdis de l’Aude, avec cette particularité d’être plus visible lors des interventions en bord de route, afin d’éviter un suraccident. « 11 de nos ambulances (sur 72) sont équipés de la sorte », se réjouit le colonel Magny en rappelant qu’un VASV coûte 87 000€, et qu’il y a 27 000€ de matériel à l’intérieur…

Un VSAV sécurisé pour les interventions a été présenté par les pompiers audois. Ici le colonel Christophe Magny.

Un VSAV sécurisé pour les interventions a été présenté par les pompiers audois. Ici le colonel Christophe Magny.

Lors du congrès national des sapeurs-pompiers de France, le Sdis de l’Aude a également été à l’affiche en présentant un drone spécialisé dans la détection de feux de végétation, grâce à des capteurs utilisant l’intelligence artificielle. C’est avec la société toulousaine « Menaps » que les pompiers audois travaillent depuis un peu plus de deux ans sur ce projet d’intelligence artificielle, chapeauté en son temps par le colonel Christian Belondrade. « Le principe est de faire en sorte que notre surveillance soit la plus efficiente possible, afin de permettre une attaque rapide est massive », explique le lieutenant-colonel Philippe Fabre, chef du pôle coordination opérationnelle au Sdis 11. Encore utilisé au cours de l’été passé avec Jean-Paul Baylac, responsable du service des feux de forêts au Sdis de l’Aude, ce drone doté d’intelligence artificielle arrive aujourd’hui dans sa phase d’industrialisation.

Des élus attentifs aux dernières tenues d'intervention pour les pompiers.

Des élus attentifs aux dernières tenues d’intervention pour les pompiers.

30 000 interventions par an

Afin d’avoir des outils modernes assurant un niveau optimal de sécurisation, le Sdis de l’Aude doit pouvoir continuer de faire évoluer ces nouvelles technologies. Mais pas sans les élus qui doivent soutenir leur budget. D’autant que les pompiers ne sont pas épargnés par l’inflation, avec un parc automobile de 500 véhicules à nourrir en carburant, et 40 000 m2 de bâtiments, pour quarante-huit centres, à chauffer. Dans l’Aude, il faut savoir que le budget alloué au service départemental d’incendie et de secours est d’un peu plus de 40 millions d’euros par an. C’est l’un des plus petit budget des Sdis de France. En sachant que 35 des 40 millions d’euros sont pour son fonctionnement, et que 80% de ces 35 M€ sont dédiés aux personnels (208 pompiers professionnels et près de 1700 volontaires). Autant dire qu’il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre pour l’achat de nouveaux véhicules, ou encore de matériels dernier cri, dans un département qui cumule pourtant tous les risques possibles avec le feu, l’eau et le reste. Sujet d’actualité, puisque le débat d’orientation budgétaire du conseil d’administration du Sdis 11 aura lieu le 17 octobre, suivi du vote du budget primitif par le conseil départemental le 12 décembre. « On ne demande pas d’être à la pointe de la technologie. Mais il faut reconnaître le travail fait, avec plus de 30 000 interventions par an, dont 80% le sont pour secours à personnes », indique le président du Sdis 11, Christian Raynaud. La sécurité n’a pas de prix. 

Bouton retour en haut de la page