Monde

Femme voilée menaçante dans le RER C: Pas d’explosif retrouvé sur la femme qui menaçait de mort d’autres passagers, son pronostic vital toujours engagé

Laurent Nuñez, le préfet de police de Paris, a fait le point sur l’enquête après la neutralisation d’une femme entièrement voilée qui se montrait menaçante dans le RER C.

Ce mardi matin, une femme a été neutralisée par le tir d’un policier de la bac à Paris, près de la station SNCF de la bibliothèque François-Mitterrand. A la mi-journée, Laurent Nuñez, le préfet de police de Paris, est revenu en détail sur les faits qui ont conduit le policier à faire feu.

Ce sont ainsi les signalements de deux passagers du RER C, à 7h20, qui ont mis en alerte les services de la SNCF et ceux de la police. Les deux passagers évoquaient la même chose: “une dame munie d’un voile intégral tenait un certain de propos menaçants en parlant de commission d’attentats, utilisant un certain nombres de mots, comme “Vous allez tous y passer”, “Boom”, “Allah Akbar””.

Alertés, les agents ont localisé la femme menaçante peu avant 8 heures et sont parvenus à la faire sortir du train à la station de la bibliothèque François-Mitterrand. “Ils ont demandé à cette personne de s’asseoir au sol et ils ont instauré un périmètre de sécurité, fait évacuer la gare et ils ont fait fermer les accès à la station”.

Pronostic vital engagé

Alors que les services de déminage arrivaient sur les lieux, “la femme s’est levée et s’est dirigée vers les fonctionnaires de police qui ont effectué un certain nombre de sommations dont le fait de se rasseoir ou encore de montrer ses mains”.

Elle aurait refusé d’obtempérer et c’est ainsi qu’un policier a fait usage de son arme. “Elle a été blessée et prise en charge par les pompiers alors que des vérifications étaient effectuées pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’explosif sur elle”.

“Aucun explosif n’a été retrouvé sur elle”, assurait Laurent Nuñezqui indiquait aussi que le “pronostic vital de la femme voilée demeurait engagé ce mardi en milieu de journée”.

Troubles psychiques

L’identité de la personne en cause n’a pu être confirmée ce mardi midi. “Si l’identité qu’elle a donnée à l’hôpital est la bonne, il s’agirait d’une personne connue des services de police pour des faits précédents similaires qui datent de juillet 2021. Egalement vêtue d’un voile intégral, elle déambulait avec un tournevis à la main et avait des propos religieux. Placée en garde à vue après son interpellation par des militaires du dispositif Sentinelle, elle avait été hospitalisée au regard de ses troubles psychiques”.

Pour les faits de ce mardi, une enquête pour apologie de terrorisme, menace de mort et intimidation sur personnes dépositaire de l’autorité a été ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page