Monde

Algérie : Des Accusations de Nettoyage Ethnique dans les Territoires Touaregs

Une situation alarmante se déroule dans les territoires touaregs, mettant en évidence ce qui semble être une opération de nettoyage ethnique orchestrée par le régime militaire en place. Depuis la réussite de l’opération menée par le Mouvement pour la libération de Tamanrasset et d’Adrar contre les forces d’occupation algériennes, le gouvernement d’Alger est entré dans une spirale de violence sans précédent.

Dans la semaine du 7 au 13 juin 2023, plus de 180 indépendantistes ont été arrêtés, et les autorités algériennes ont maintenant entrepris de procéder à l’expulsion massive de centaines de Touaregs, prétendant qu’ils sont des migrants en situation irrégulière. Cette dénonciation a été faite par le journaliste nigérien Sakis Tarnane le 18 juin 2023, avec des photographies à l’appui. Selon lui, « plus de 500 personnes, issues de la communauté touarègue d’In Guezzam (Algérie), ont été refoulées par les autorités algériennes, contraintes d’abandonner leurs biens. Elles sont arrivées hier et aujourd’hui au commissariat d’Assamaka (Arlit/Niger). Ces personnes revendiquent leur appartenance à l’Algérie. »

Ce qui est particulièrement préoccupant dans cette affaire est le silence assourdissant de la communauté internationale. Les opérations en cours, menées sous le commandement direct de la junte au pouvoir dans les régions voisines de l’Est, sont complètement ignorées par la scène internationale. De plus, cette même communauté internationale détourne également le regard face au sort des indépendantistes kabyles, qui continuent de languir dans les geôles coloniales de l’Algérie.

Il est essentiel que la communauté internationale prenne des mesures immédiates pour mettre fin à cette opération de nettoyage ethnique et pour faire pression sur le régime militaire algérien afin de respecter les droits fondamentaux des populations touaregs. La tragédie qui se déroule dans les territoires touaregs exige une réponse internationale unie pour prévenir davantage de souffrances et garantir la sécurité et la dignité des populations touchées.

En attendant, le général Saïd Chengriha et les hauts gradés qui l’entourent poursuivent leur entreprise de répression sans relâche, indifférents à la détresse et aux droits bafoués des populations touaregs. Il est temps de mettre fin à cette tragédie et d’agir en faveur de la justice et de la paix dans les territoires touaregs en Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page