Monde

Disparition d’Émile, 2 ans et demi : “Que faisait-il entre 16h30 et 17h30 ?”, ces zones d’ombre qui entourent l’emploi du temps du jeune agriculteur

Au début du mois de juillet, le jeune homme “avait ainsi l’habitude de se rendre sur des terres situées au Haut-Vernet”, explique Le Parisien qui précise que, “pour cela, il empruntait forcément la route goudronnée qui relie le village du Vernet au hameau du Haut-Vernet”.

Depuis plus de trois mois, Émile, 2 ans et demi, s’est volatilisé au Vernet, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Malgré de nombreuses recherches, les enquêteurs n’ont pour le moment trouvé aucune trace du petit garçon. Cette semaine, une perquisition a cependant eu lieu dans une ferme située à environ 4 kilomètres du hameau du Haut-Vernet. Si ces nouvelles fouilles n’ont rien donné, le jeune agriculteur qui réside dans l’exploitation agricole avec sa mère apicultrice intéresse les enquêteurs depuis plusieurs semaines.

En effet, le jeune homme avait déjà été soupçonné au début de l’affaire après la dénonciation de plusieurs habitants. En cause, la conduite parfois très dangereuse de son tracteur qui aurait pu provoquer un accident avec l’enfant. Néanmoins, pour le moment, rien n’indique que l’adolescent soit impliqué dans la disparition du garçonnet. 

“Que faisait-il entre 16h30 et 17h30 ?”, “Son emploi du temps entouré de zones d’ombre”

Outre les comportements à risque de ce jeune agriculteur, “son emploi du temps lors de la journée du 8 juillet serait encore entouré de zones d’ombre”, indique Le Parisien dans son édition du 20 octobre. Au début du mois, “il avait ainsi l’habitude de se rendre sur des terres situées au Haut-Vernet”, écrit le quotidien. “Pour cela, il empruntait forcément la route goudronnée qui relie le village du Vernet au hameau du Haut-Vernet”, expliquent nos confrères.

Alors, “que faisait-il précisément dans un créneau horaire compris entre 16h30 et 17h30″, l’heure à laquelle la disparition du petit Émile a été constatée par ses grands-parents, s’interroge Le Parisien qui précise qu'”un doute persisterait encore aux yeux des enquêteurs”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page