Politique

COP28: Mme Benali engage les Jeunes Reporters pour l’Environnement à saisir l’opportunité de la COP pour affûter leur engagement climatique

                            dimanche, 3 décembre, 2023  à 9:33
                            Dubaï – La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, a engagé les “Jeunes Reporters pour l’Environnement” (JRE) à saisir leur présence à la COP28 qui se tient jusqu’au 13 courant à Dubaï, en vue d’affûter leur engagement climatique.

Lors d’une rencontre au Pavillon du Maroc à City Expo Dubaï, Mme Benali a appelé ces élèves lauréats du programme JRE, porté par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement que préside SAR la Princesse Lalla Hasnaa, à s’inspirer des bonnes pratiques et expériences internationales relatives à l’environnement, en interagissant avec les experts et les acteurs politiques des différents pays du monde.

Lors de cet échange informel, la ministre a aussi offert son encadrement et orientation aux défenseurs de l’environnement en herbe sur les enjeux et thèmes d’actualité, notamment ceux en relation avec le réchauffement climatique. Elle a conseillé aux JRE de faire le lien entre toutes les COPs et de faire partie des solutions.

Elle a, par ailleurs, présenté des éclairages et des réponses à l’ensemble des questions des JRE en matière des politiques publiques du Royaume sur les questions environnementales, énergétiques et climatiques, en particulier la stratégie nationale du développement durable.

La rencontre interactive a également porté sur des thèmes intéressant les spécificités des régions desquelles sont issus les JRE, notamment la transition énergétique, l’agriculture, la mobilité électrique, les espaces verts, le tri des déchets.

Outre la rencontre avec Mme Benali, ces élèves qui représentent les 12 régions du Maroc, doivent prendre part à des ateliers interactifs, des conférences et d’autres activités qui leur permettront de faire des actions de plaidoyer et d’exposer leurs visions de l’avenir du monde, une vision dont la dimension du développement durable est au cœur des préoccupations, a indiqué à la MAP le coordinateur national des programmes de l’environnement et du développement durable au ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, Mbarek Mezine.

Ahmed Amine Hssaine, un élève casablancais, a confié à la MAP être content d’avoir cette très grande opportunité d’assister à la COP de Dubaï, grâce à son engagement envers la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, notant que sa présence à un tel événement de haut niveau lui a permis de prendre connaissance des négociations qui visent à lutter contre le réchauffement climatique.

“Notre participation à la COP a pour objectif de contribuer aux efforts internationaux de lutte contre le réchauffement climatique, proposer des solutions”, a déclaré, pour sa part, Aya Maghnaoui, une lycéenne venue de Laâyoune.

De son côté, Hatim Lachheb, un étudiant à l’université Al Akhawayn, issu de la région Souss-Massa, qui participe pour la deuxième année consécutive à une COP, a indiqué que la rencontre avec Mme Benali a été riche de par les sujets évoqués, allant du problème de la gestion des déchets à celui de la rareté des eaux et son impact sur l’agriculture, avouant avoir un intérêt très particulier pour cette question vu qu’il est issu d’une famille d’agriculteurs.

Créé en 1994, Jeunes Reporters pour l’Environnement fait partie d’un réseau international qui regroupe des jeunes engagés par leurs reportages écrits, photographies ou vidéos sur différentes thématiques liées au développement durable. Ce concours est aujourd’hui présent dans 45 pays à travers le monde.

Au Maroc, ce programme est géré sous l’égide de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement en partenariat avec et le Ministère de l’éducation nationale du préscolaire et des sports.

Chaque année, les meilleurs Reportage écrit, Photographie et Vidéo des tranches d’âge “11-14 ans”, “15-18 ans” et “19-21 ans” sont ensuite primés par un Jury national mandaté par la Fondation et composé de professionnels.

Les lauréats et leur encadrant reçoivent individuellement un Prix et un diplôme qui seront distribués lors de cérémonies provinciales et régionales.

Les primés nationaux sont ensuite adressés à la Fondation pour l’éducation à l’environnement (FEE) pour concourir au niveau international.

Pour sa 21e édition des JRE, le thème était axé sur la pollution plastique.

Partant de la volonté qui anime la Fondation Mohammed VI de disséminer la culture éco-citoyenne, notamment parmi les enfants et les jeunes, le programme JRE vise à permettre aux jeunes de développer et défendre des comportements et des modes de vie respectueux de l’environnement, de réaliser des reportages sur des questions écologiques proches de leur environnement et de participer aux activités de la Fondation Internationale pour l’Education à l’Environnement.

Ce programme s’ajoute à un autre porté par la Fondation Mohammed VI, en l’occurrence “Eco-Ecoles” qui vise à ancrer l’éducation à l’environnement dans le cursus scolaire.

Bouton retour en haut de la page