SPORT

USAP – Chouly : « Quand on reçoit Oyonnax, on est surmotivé »

[ad_1]

Le troisième ligne catalan Damien Chouly ne cache pas son impatience avant le choc de haut de tableau entre l’USAP et Oyonnax, ce vendredi (20 h 45).

La pression monte. Le leader usapiste accueille Oyonnax (3e), ce vendredi, pour un duel qui sent le soufre entre candidats à la montée. Et ce ne sont pas les propos de Manny Edmonds, actuel entraîneur des trois-quarts d’Oyonnax, qui vont faire baisser le mercure. « On y va pour gagner », a lancé l’ancien ouvreur catalan (2002-2007, 2010-2011), ce mercredi, dans nos colonnes. Une déclaration qui a trouvé écho en Roussillon. Le troisième ligne Damien Chouly donne la température.

Sentez-vous une excitation inhabituelle dans le groupe avant le sommet face à Oyonnax ?

Bien sûr, c’est une autre équipe en forme de ce début de saison et je pense que ça va être un gros choc. Tout le monde est excité à l’idée de se frotter à une des meilleures formations du championnat. On se prépare, depuis le début, pour des matches de cette intensité-là, alors il nous tarde d’être à vendredi.

Entre une USAP qui aime conserver le ballon et un Oyonnax au jeu plus direct, peut-on parler d’opposition de styles ?

On a deux styles très différents, mais deux styles qui fonctionnent puisque les victoires sont là. Il sera intéressant de voir comment on va imposer notre jeu face à une équipe très solide en défense, sur les bases de la conquête et qui utilise beaucoup son jeu au pied pour repousser l’adversaire dans son propre camp.

« La déclaration de Manny Edmonds ? S’il en fallait, ça amène un peu plus d’excitation »

Ce match est-il, pour vous, l’occasion de faire un écart au classement ?

Si on les bat, on fait un petit break, ça serait important à la fois pour la confiance et pour valider tout le travail qui a été fait depuis la reprise par tout ce groupe qui travaille fort. Très honnêtement, on a les cartes en main, donc à nous d’aller chercher ce qu’on veut.

Que vous inspire la déclaration de Manny Edmonds qui assume les amibtions d’Oyonnax à Perpignan ?

Je savais très bien qu’ils allaient venir pour gagner. Après, ça peut nous amener un petit supplément de motivation parce que ça fait toujours quelque chose, quand on annonce qu’on va venir gagner chez toi. Mais quand on reçoit Oyonnax, on est surmotivé. En tout cas, c’est mon cas. S’il en fallait, ça amène un peu plus d’excitation, avant d’entrer sur le terrain vendredi.

« En plus de gagner, si on peut couper leur dynamique… »

Ces propos donnent-ils un parfum supplémentaire à ce duel ?

On a en face une équipe qui est invaincue à l’extérieur. Déjà, le challenge est là pour eux et il est là pour nous. En plus de gagner, si on peut couper la dynamique qu’ils ont depuis le début de saison, ce sera tant mieux. Il y en a plein d’autres, mais le vrai challenge est que c’est un choc entre deux équipes du haut de tableau de cette Pro D2. On veut gagner et ils ont le droit de vouloir gagner aussi et c’est ce qui fait que c’est un choc.

Le huis clos d’Aimé-Giral est-il encore plus frustrant pour une telle affiche ?

C’est vrai que les matches à huis clos manquent de saveur. On a l’impression, parfois, d’être à l’entraînement en termes d’ambiance. On s’entend entre nous, on entend les autres parler, crier, ça manque de ferveur. C’est tout un contexte qui nous manque quand on arrive au stade entre les supporters qui applaudissent, l’odeur de saucisse et de frites… Surtout à cette période qui est censée être festive, on ne peut pas en profiter ni faire profiter notre public alors on fera sans. Mais, la moindre des choses est de continuer à gagner pour amener un petit peu de bonheur, même si ce n’est pas dans les gradins mais devant la télé, et continuer notre marche en avant.

[ad_2]
Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page