SPORT

Salles de sport dans les Pyrénées-Orientales : « Nous ouvrirons le 4 janvier, quoiqu’il en coûte »

Les annonces du début de déconfinement n’ont pas soulagé le collectif des salles de sport du département, contraintes à rester fermées, jusqu’au 20 janvier au moins. Il maintient son intention de porter plainte contre des ministres et déclare ouvrir « quoiqu’il en coûte » le 4 janvier.

Sébastien Rozier n’a pas de mot assez dur pour qualifier les fermetures des salles de sport, fitness, remise en forme, danse et autres activités de coachs sportifs. « Nous sommes fermés depuis le 23 octobre dernier, tempête-t-il. En début d’année, c’était aussi le cas du 14 mars au 2 juin. Et qu’on ne nous dise pas que nous avons reçu des aides pharamineuses, ces mesures ne sont que des mesurettes, très loin de couvrir les charges fixes. Aujourd’hui, au niveau national, 10% des clubs ont déjà mis la clé sous la porte, on estime qu’à terme entre 35% et 40% des diverses salles devront fermer définitivement. C’est un drame économique et social dont on ne mesure pas encore l’ampleur. »

Alors, pour défendre leurs métiers, leurs passions, et aussi leurs activités professionnelles, les salles se sont constituées en un collectif qui a pris la décision de porter plainte contre le ministre de la Santé et des Sports pour « mise en danger des sociétés commerciales et non assistance aux chefs d’entreprise en danger ».

« C’est notre manière de mettre la pression au gouvernement, poursuit Sébastien Rozier, et de la même manière nous ouvrirons symboliquement nos salles le 4 janvier prochain, alors que la date d’ouverture qui a été annoncée est le 20, au plus tôt. Pourquoi retarder autant ces ouvertures, alors qu’aucune de nos salles n’a fait l’objet de contamination. Aucun cluster n’a été constaté dans nos établissements où tous les protocoles sanitaires sont parfaitement respectés. » 


Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page