SPORT

Rétro – sport : ils nous ont quittés en 2020

Diego Maradona, Kobe Bryant : deux géants de la scène sportive se sont éteints en 2020. Retour sur les principales disparitions de l’année écoulée dans le monde du sport.

Janvier

– David Stern, 77 ans

L’ancien grand patron emblématique de la NBA de 1984 à 2014 est décédé le 1er janvier, deux semaines après avoir subi une hémorragie cérébrale. Ce fils d’épicier de New York a transformé la NBA en marque mondiale. Durant son mandat, la Ligue est passée de 23 à 30 franchises, d’autres ont déménagé et toutes ont considérablement augmenté leurs revenus, de même que les joueurs dont certains, comme Michael Jordan ou Magic Johnson, sont devenus des stars planétaires multimillionaires.

– Kobe Bryant, 41 ans

L’ex-basketteur star de la NBA est mort le 26 janvier dans le crash de son hélicoptère près de Los Angeles, plongée dans un épais brouillard. Huit autres personnes, dont sa fille Gianna, sont également décédées dans l’accident. Joueur emblématique des Lakers entre 1996 et 2016, Kobe Bryant était quintuple champion NBA et double champion olympique avec la « Team USA ». Un temps décrié pour son arrogance et son égoïsme, le natif de Philadelphie a su opérer une mue salutaire, davantage tournée vers l’esprit d’équipe, pour devenir une star incontestée. Il a été sacré meilleur joueur de NBA en 2008 et figure parmi les sept joueurs à avoir inscrit plus de 30.000 points. Il avait pris sa retraite en 2016.

Mars

– Nicolas Portal, 40 ans

L’ancien cycliste français, devenu directeur sportif d’Ineos, a succombé à un infarctus du myocarde le 3 mars. Comme dirigeant de l’ex-Sky, qu’il avait rejointe en 2010 – d’abord en tant que coureur avant d’intégrer l’encadrement – il a remporté huit Grands Tours dont six Tour de France. Il est considéré comme l’un des principaux artisans des victoires de Chris Froome, dont il était très proche, et de Geraint Thomas notamment.

– Lorenzo Sanz, 76 ans

L’ancien président du Real Madrid entre 1995 et 2000 est décédé le 21 mars, après avoir contracté le Covid-19. Sous son règne, le Real a remporté deux Ligues des champions, en 1998, après 32 ans de disette, puis en 2000. Sanz avait été remplacé quelques mois plus tard par Florentino Perez.

– Michel Hidalgo, 87 ans

L’ancien sélectionneur de l’équipe de France est décédé le 26 mars, après plusieurs années de maladie. Avec les Bleus, il avait remporté l’Euro-1984, premier grand trophée du football français. Sélectionneur des Bleus entre 1976 et 1984, un record de longévité à ce poste, sa bienveillance et son amour du beau jeu ont mené l’équipe de France de Michel Platini à son premier titre, l’Euro-1984, remporté à domicile deux ans après la défaite traumatisante aux tirs au but contre l’Allemagne en demi-finale du Mondial-1982 à Séville.

Avril

– Stirling Moss, 90 ans

Légende du sport automobile, le Britannique s’est éteint le 12 avril des suites d’une longue maladie. Surnommé le « champion sans couronne », Moss a terminé quatre fois 2e du Championnat du monde des pilotes de Formule 1 (1955, 1956, 1957 et 1958), éclipsé par l’Argentin Juan Manuel Fangio qui fut son équipier. Entre 1951 et 1961, il a remporté seize Grands Prix. Il a également gagné les 24 Heures du Mans en 1956. Il avait mis un terme à sa carrière en 1962 après un violent accident, qui lui avait valu de passer un mois dans le coma, et de subir une paralysie partielle pendant six mois.

– Robert Herbin, 81 ans

L’ancien entraîneur emblématique de Saint-Etienne est mort le 28 avril, trois jours après avoir été hospitalisé pour de sérieuses insuffisances cardiaques et pulmonaires. Joueur puis technicien des Verts, son air impassible lui avait valu le surnom de « Sphinx ». Arrivé à Saint-Etienne à l’été 1957, il a été neuf fois champion de France avec les Verts, cinq fois comme joueur et quatre comme entraîneur, mais son nom reste associé à l’épopée de 1976 et la défaite contre le Bayern Munich en finale de la Coupe d’Europe des clubs champions à Glasgow, la fameuse finale des « poteaux carrés ».

Juillet

– Jack Charlton, 85 ans

Champion du monde 1966 avec l’Angleterre, le frère aîné du légendaire Bobby Charlton, s’est éteint le 10 juillet. Comptant parmi les plus grands défenseurs centraux anglais, « Big Jack », auteur par ailleurs de 96 buts, a effectué ses 23 ans de carrière en club à Leeds United, remportant notamment une Coupe de la Ligue (1968), un titre de champion (1969) et une Coupe d’Angleterre (1972).

Septembre

– Jean-Baptiste Mendy, 57 ans

Le boxeur français, ex-champion WBA et WBC des légers, est mort le 1er septembre des suites d’un cancer du pancréas. Il avait à son actif 55 victoires dont 31 avant la limite, 8 défaites, 3 nuls. Né à Dakar, il s’était emparé de la ceinture WBC des légers en 1996 face à l’Américain Lamar Murphy, avant de reconquérir la ceinture en WBA deux ans plus tard. Il avait raccroché les gants en 2000.

Octobre

– John James Williams, 72 ans

JJ Williams, l’ailier de la légendaire équipe du pays de Galles dans les années 1970, est décédé le 29 octobre. Cet ancien sprinteur était notamment connu pour ses qualités de finisseur: il avait marqué douze essais en trente tests entre 1973 et 1979 et remporté deux Grands Chelems dans le Tournoi des cinq nations (1976 et 1978).

– Nobby Stiles, 78 ans

Le milieu de terrain anglais, champion du monde en 1966, est décédé le 30 octobre des suites d’une longue maladie.

Novembre

– Charles Corver, 84 ans

L’ancien arbitre de football néerlandais Charles Corver, qui avait officié lors de la demi-finale polémique du Mondial-1982 France-RFA, est mort le 11 novembre.

– Ray Clemence, 72 ans

Le gardien du grand Liverpool au tournant des années 1970-1980 et de l’équipe d’Angleterre est décédé le 15 novembre. Il était atteint depuis 2005 d’un cancer de la prostate.

– Christophe Dominici, 48 ans

L’ancien international français de rugby (67 sélections, 25 essais) a été retrouvé mort le 24 novembre, près de Paris. L’ailier, cinq fois champion de France avec le Stade Français, avait été finaliste de la Coupe du monde en 1999 avec le XV de France, réussissant notamment une percée puis un essai d’anthologie lors de la victoire face à la Nouvelle-Zélande en demi-finale. Dominici avait aussi remporté quatre victoires dans le Tournoi, dont deux Grand Chelem, lors d’une carrière hachée par plusieurs épisodes dépressifs.

– Jacques Secrétin, 71 ans

Le joueur le plus titré du tennis de table français est décédé dans la nuit du 24 au 25 novembre. Champion d’Europe en simple en 1976, 17 fois champion de France, le gaucher avait aussi été champion du monde en double mixte en 1977. En double, Secrétin avait été champion d’Europe en 1980, avant de décrocher le titre continental par équipes en 1984.

– Diego Maradona, 60 ans

La légende argentine du football mondial est décédée le 25 novembre, d’une crise cardiaque, trois semaines après avoir été opéré d’un hématome à la tête. Considéré comme l’un des plus grands footballeurs de tous les temps, Maradona a acquis le statut de « demi-dieu » en Argentine et pour de nombreux fans dans le monde entier. Ce dribbleur hors-pair d’1,65 m a laissé une trace indélébile de Boca Juniors, son club de coeur à Buenos Aires, à Naples, où il a évolué de 1984 à 1991, après un passage à Barcelone. Avec l’Albiceleste (91 sélections, 34 buts), il fut champion du monde en 1986 à la tête d’une équipe qu’il porta à bout de bras jusqu’au sacre, construisant sa légende avec le fameux but de la « main de Dieu », puis son slalom incroyable contre l’Angleterre en quarts de finale. Une fois les crampons raccrochés, le célèbre numéro 10 sombra dans la drogue et dans l’alcool, flirtant plusieurs fois avec la mort. Il a également exercé comme entraîneur avec des résultats très mitigés, notamment à la tête de la sélection argentine (2008-2010).

Décembre

– Paolo Rossi, 64 ans

L’ancien buteur de la Juventus Turin et de l’équipe d’Italie est décédé le 9 décembre. Il a conduit la « Nazionale » au sacre lors de la Coupe du monde 1982 en Espagne avec ses six buts. En club, la saison 1983-84 marque son apogée. Il forme un redoutable trio avec Platini et Boniek et collectionne les trophées sous le maillot de la Juve: Serie A, Coupe d’Italie, Coupe des Coupes et Supercoupe d’Europe.

– Gérard Houllier, 73 ans

L’ancien entraîneur du Paris SG, de Lyon et de Liverpool s’est éteint dans la nuit du 13 au 14 décembre, quelques jours après une opération cardiaque. Houllier a offert au Paris SG en 1986 son premier titre de champion de France, mais c’est en Angleterre que l’ancien professeur d’anglais est devenu une légende: sous sa conduite de 1998 à 2004, Liverpool a flirté avec le titre de champion et a réussi une année 2001 exceptionnelle marquée par quatre trophées (Cup, Coupe de la Ligue, Coupe de l’UEFA et Supercoupe). Avec Lyon, ce technicien novateur ajoute à son palmarès deux titres de champion de France en 2006 et 2007. Sélectionneur des Bleus entre 1992 et 1993, il est aussi associé à jamais avec l’un des pires traumatismes de l’histoire de l’équipe de France, l’élimination aux portes de la Coupe du monde 1994 à l’issue d’un France-Bulgarie (1-2) au Parc des Princes.


Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page