SPORT

OM | OM – Malaise : Villas-Boas dresse un constat accablant…

[ad_1]

Foot – OM

Après la nouvelle défaite de l’OM en Ligue des Champions, André Villas-Boas est apparu très marqué en conférence de presse.

Mercredi soir, l’Olympique de Marseille a de nouveau touché le fond en Ligue des Champions. En s’inclinant contre le FC Porto (0-2), le club phocéen a battu le record de défaites consécutives en C1 en enchaînant un 13e revers de rang. En quatre rencontres cette saison, l’OM n’a donc pas pris le moindre point et n’a surtout pas trouvé le chemin des filets adverses. Avec ce double zéro pointé, le club phocéen possède le plus mauvais bilan des équipes engagées en Ligue des Champions. Et André Villas-Boas reconnaît que c’est très difficile à encaisser.

«On a touché le fond»

« On ne peut rien faire sur les treize défaites, elles sont là. On a touché le fond, comme vous pouvez l’imaginer. On avait déjà touché le fond à Porto, mais aujourd’hui, l’équipe a tout donné : l’envie, la détermination. C’est le moment d’être avec mes joueurs, de les soutenir pour leur donner confiance pour la suite. En première mi-temps le match était équilibré, mais on a eu beaucoup de malchance, comme souvent. Sur le but, la tête de Grujic sort, Kamara la contre, Steve fait un bon arrêt. Et le deuxième ballon est pour Zaidu. Ils ont eu le mérite d’aller chercher ce deuxième ballon, mais on a beaucoup de malchance. Après les changements, à la 60e, on a amélioré les choses. Payet et Dario sont bien rentrés, comme Cuisance. Il y a aussi une faute évidente sur Amavi avant que le pénalty soit sifflé. J’avais déjà alerté le quatrième arbitre en première mi-temps. Donc sur cette situation, les arbitres sont en faute. Leo a fait une grosse erreur, il n’avait pas besoin de provoquer ce pénalty. Et là, le match est fini pour nous. Après on a eu encore de la malchance avec Dario. On n’a pas marqué ce but qui nous aurait donné de l’espoir. La Ligue des champions, c’est fini pour nous. Je laisse un message de confiance à mes joueurs. On a travaillé comme jamais. Je n’ai jamais préparé deux matchs comme ceux-là dans ma vie, contre mon équipe de cœur. Mais parfois, les choses sont comme ça. »

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page