SPORT

Mercato | Mercato – Barcelone : Faillite, dette… Neymar Ă  l’origine d’une terrible crise au Barça !

[ad_1]

Foot – Mercato – Barcelone

DĂ©jĂ  dans le rouge financiĂšrement, le FC Barcelone n’a pas vu sa situation s’amĂ©liorer avec la crise du Covid-19. Aux yeux de diffĂ©rents Ă©conomistes, cette dĂ©rive financiĂšre Ă©tait prĂ©visible en regardant les dĂ©cisions prises ces derniĂšres annĂ©es, mais le dĂ©part de Neymar aurait prĂ©cipitĂ© cette crise.

En 2017, le PSG rĂ©alisait ce que certains considĂšrent comme le transfert du siĂšcle. Quelques mois aprĂšs la remontada, les propriĂ©taires qataris mettaient la main sur leur bourreau, Neymar, en rĂ©glant sa clause libĂ©ratoire fixĂ©e Ă  222M€ par le FC Barcelone. Un scĂ©nario que n’avaient pas imaginĂ© les dirigeants catalans, qui ont ensuite tentĂ© de remplacer le BrĂ©silien, sans grand succĂšs. Depuis l’arrivĂ©e de Neymar au PSG, les Blaugrana se sont en effet montrĂ©s actifs sur le marchĂ© en rĂ©investissant rapidement les 222M€ lĂąchĂ©s par le PSG, pour Ousmane DembĂ©lĂ©, Philippe Coutinho ou plus rĂ©cemment Antoine Griezmann. Sportivement, ces choix n’ont pas Ă©tĂ© payants, et financiĂšrement, cela est encore plus grave. Aujourd’hui, le FC Barcelone affiche de grosses pertes financiĂšres, et la dette du club est passĂ©e de 217M€ en juin 2019 Ă  488M€ comme l’indiquait Marca derniĂšrement, des chiffres inquiĂ©tants Ă©galement provoquĂ©s par la crise du Covid-19.

Le départ de Neymar, un tournant dramatique pour le Barça

Dans un long dossier, El Confidencial a voulu comprendre les origines et les consĂ©quences de la crise financiĂšre rencontrĂ©e par le FC Barcelone en interrogant plusieurs Ă©conomistes, et Ă  leurs yeux, le dĂ©part de Neymar a Ă©tĂ© la goute d’eau qui a fait dĂ©border le vase catalan. « Le Barça se lance dans l’achat de joueurs aprĂšs la vente de Neymar, qui n’ont pas donnĂ© le rĂ©sultat escomptĂ©. DembĂ©lĂ©, Coutinho, Griezmann… Ce sont 400 millions d’euros de transferts qui ne vous servent pas, et une partie de ces transferts entrent aussi dans la dette Ă  court terme », explique JosĂ© MarĂ­a Gay de LiĂ©bana. Marc Ciria i Roig, Ă©galement Ă©conomiste et qui a pris part Ă  la candidature de Joan Laporta pour la prĂ©sidence du Barça en 2015 assure Ă©galement que « le dĂ©part de Neymar » en 2017 a Ă©tĂ© le tournant des maux du club culĂ©. « Le club se retrouve avec une seule issue, une clause de paiement qui l’oblige Ă  laisser partir le joueur. Pour contrecarrer l’effet de son dĂ©part, au lieu de parier sur un modĂšle sportif, ils parient sur la « Playstation » (recrutement de gros noms, NDLR). Le Barça commence Ă  s’endetter Ă  court terme, plus une sĂ©rie de prolongations pour y modifier les clauses afin de ne pas revivre ce qu’il s’est passĂ© avec Neymar. Cela donne lieu Ă  une masse salariale exorbitante. Cette annĂ©e 2017, bien que les lignes de trĂ©sorerie soient dĂ©jĂ  tendues, la direction du club a un peu perdu ses repĂšres et s’est endettĂ©e au-delĂ  des niveaux cohĂ©rents », explique le spĂ©cialiste bancaire Ă  El Confidencial. 

« En 2018/19, le Barça avait presque deux fois la masse salariale du Real Madrid »

Ce mĂȘme Ă©tĂ©, le FC Barcelone dĂ©cide notamment de prolonger le bail de Lionel Messi jusqu’en juin 2021, afin de gonfler sa clause libĂ©ratoire Ă  700M€. L’Argentin voit donc ses Ă©moluments gonfler, tout comme la masse salariale de l’écurie catalane qui augmente de 200M€ selon Albert Deulofeu, Ă©conomiste et fondateur de Marca Cardinal, Ă©voquant un « scandale » de la part de la direction de l’époque. « En 2018/19, le Barça avait presque deux fois la masse salariale du Real Madrid. (
) Il y a des joueurs qui sont vraiment chers et qui ne sont pas rentables », indique Gay de LiĂ©bana, avant d’ajouter : « Les grands clubs fonctionnent ainsi. Ils dĂ©pensent beaucoup d’argent parce qu’ils savent qu’ils ont un flux de revenus rĂ©gulier. Le problĂšme est que lorsque ce flux s’arrĂȘte, comme cela pourrait arriver avec le coronavirus ou d’autres circonstances dans une moindre mesure, les Ă©quipes ne disposent pas d’outils pour rĂ©duire leurs dĂ©penses, une grande partie de celles-ci sont des coĂ»ts fixes. Puis, lorsque le flux d’argent cesse d’arriver, la structure s’effondre rapidement. » 

« Coutinho ou Griezmann, ont aujourd’hui une valeur marchande nettement infĂ©rieure »

« Les mandats des deux derniers prĂ©sidents de la derniĂšre dĂ©cennie n’ont pas Ă©tĂ© Ă  la hauteur de la tĂąche, mais le grand dĂ©clin est venu des cinq annĂ©es de la derniĂšre directive. Tout s’explique par les dĂ©penses, elles sont incontrĂŽlables et ont provoquĂ© une augmentation de la dette », rĂ©sume l’historien et Ă©conomiste du football David Valero Carreras, pointant ainsi clairement du doigt Josep Maria Bartomeu, qui a quittĂ© son poste il y a quelques semaines. Le prochain prĂ©sident devra donc rĂ©cupĂ©rer l’énorme dette du FC Barcelone, dont « le volume de la dette dĂ©passe le milliard », estime Gay de LiĂ©bana, alors que Valero Carreras est plus prĂ©occupĂ© par la maniĂšre dont elle sera traitĂ©e : « La dette est difficile Ă  payer en raison de l’incapacitĂ© Ă  gĂ©nĂ©rer des profits. » Un Ă©norme dĂ©graissage de l’effectif pourrait-il alors permettre au FC Barcelone de s’en sortir ? Le dĂ©part de Lionel Messi permettrait d’allĂ©ger la masse salariale, mais les ventes d’autres joueurs n’arrangeraient finalement pas les choses. « Les joueurs achetĂ©s pour 100 ou 120M€, comme Coutinho ou Griezmann, ont aujourd’hui une valeur marchande nettement infĂ©rieure. Leur valeur comptable ne reflĂšte pas la rĂ©alitĂ©, lorsque vous les vendez vous aurez une perte supplĂ©mentaire. De nombreux clubs attendent que les saisons puissent se dĂ©prĂ©cier d’annĂ©e en annĂ©e, afin que la dĂ©pense soit plus diluĂ©e », explique Albert Deulofeu au mĂ©dia espagnol.

« Le club ne pourra pas concourir au plus haut niveau pendant les 3 ou 4 prochaines années »

La crise du Covid-19 n’arrange donc absolument pas les affaires du FC Barcelone, avec un marchĂ© des transferts fortement impactĂ© par la crise sanitaire et la baisse considĂ©rable des revenus. « Je pense que le Barça aurait tenu le coup sans pandĂ©mie », estime l’économiste JosĂ© MarĂ­a Gay de LiĂ©bana. « Si vous ajoutez Ă  la situation prĂ©-covidienne, avec un compte de rĂ©sultat dĂ©pendant de la vente des joueurs, une telle baisse de revenus… C’est la tempĂȘte parfaite. Le marchĂ© s’arrĂȘte, et il sera beaucoup plus difficile de vendre les joueurs, et leur prix sera plus bas, parce que tous les clubs sont touchĂ©s par le virus », ajoute Deulofeu. Alors que la prolongation de Lionel Messi est promise par certains candidats Ă  la prĂ©sidence du Barça, tout comme l’arrivĂ©e de gros noms Ă  l’instar de Neymar, la rĂ©alitĂ© est bien diffĂ©rente. Le club catalan devra ainsi se serrer la ceinture pour espĂ©rer assainir ses comptes. « On peut supposer que le club ne pourra pas concourir au plus haut niveau pendant les trois ou quatre prochaines annĂ©es », prĂ©voit dĂ©jĂ  l’économiste David Valero Carreras.

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page