SPORT

Béziers-Carcassonne : 10 ans de derbys enragés

[ad_1]

Vendredi 18 décembre(19 h) au stade de la Méditerranée, Béziers retrouvera sa « bête noire » venue de la préfecture audoise. Carcassonne mène 10 succès à 7. Petit coup d’œil dans le rétro de dix années de duels languedociens.

La crise sanitaire liée à la Covid-19 étant passée par là, il est maintenant acté, voire digéré que cet exercice 2020-2021 ne ressemblerait à aucun de ses prédécesseurs. Rencontres de préparation annulées, entraînements encadrés par de multiples protocoles, matchs reportés, stades à huis clos… le monde du rugby en perd son latin, ses aficionados leur passion. Et il va bien falloir s’y faire et s’y habituer !

Privés la saison passée, en raison du début de l’épidémie, de leur derby retour face à Béziers, programmé à Domec le 17 avril, les « Canaris » vont enfin retrouver cette semaine leurs meilleurs ennemis héraultais, mais hélas pour le folklore, dans un stade de la Méditerranée Raoul-Barrière désert et sonnant creux. Une atmosphère, un contexte et une ambiance particuliers qui n’empêcheront néanmoins pas les 46 acteurs de se livrer un combat féroce… comme à l’accoutumée.

Car les Carcassonne-Béziers, ou plutôt cette fois les Béziers-Carcassonne ont toujours donné lieu à d’âpres et rugueux affrontements. À commencer par le premier en date, un certain 11 août 2010, qui vit l’ASBH, alors recalée de la Fédérale 1, accueillir et vaincre (9-7) dans son antre, de fiers Audois, qui avaient peut-être eu le « malheur » d’être élus à leur place dans l’antichambre du Top 14. Au cours de ce match disputé sur un air de feria, le pilier carcassonnais Peter Bracken, tout fraîchement arrivé dans l’hexagone de son Irlande natale, allait malheureusement jouer le rôle de « taureau ». Un avant-goût des rendez-vous programmés du futur proche.

Car il n’allait falloir patienter qu’une saison pour voir les « rouge et bleu » rejoindre leurs voisins.

Sans faute carcassonnais

Les trois premiers exercices se résumaient à une domination sans partage des « Canaris ». Six confrontations, certes souvent accrochées de 2011 à 2014, mais ponctuées par un sans-faute audois et notamment trois succès à la Méditerranée ! Une véritable malédiction pour Béziers, vert de rage ! Il fallait donc aux troupes de Biterre attendre novembre 2014 pour décrocher un premier succès face aux « jaune et noir » dans le monde professionnel au profit d’un essai transformé à 7 minutes seulement du trille final (16-12). Ursache, Koffi et Lima sont les seuls rescapés à porter encore le paletot carcassonnais.

Depuis, hormis une année faste pour l’ASBH (ndlr : 2 succès dont un à Domec 19-38) qui participa d’ailleurs cette saison-là aux barrages d’accession au Top 14 (2017-2018), chaque formation a su garder son invincibilité à domicile. Aujourd’hui, si le bilan d’une décennie de confrontations entre l’USC et l’ASBH en Pro D2 penche toujours à l’avantage des troupes des co-président Frédéric Calamel et Benoît Mestre (10 à 7), l’influx et l’engouement que ces derbys suscitent n’ôtent en rien la passion qu’ils engendrent toujours. Et à défaut de public, ils continuent d’affoler, voire d’enflammer la toile et la presse.

[ad_2]
Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page