SPORT

Bernard Guasch : « Si je ne trouve pas de solutions, je ne sais pas comment nous allons passer ces quatre mois »

Trois jours après l’élimination des siens en demi-finale de la Super League, le président Guasch a du mal à comprendre comment son équipe a pu concéder un 34-0 en seconde période (48-2 score final). Sauf que le patron du club doit avancer et préparer une suite à plusieurs inconnues. Bernard Guasch évoque ses interrogations, ses craintes et sa vision pour 2021.

De la tribune aux vestiaires

« Vendredi soir, au coup de sifflet final, j’ai passé quinze bonnes minutes tout seul en tribunes à me demander comment cette équipe de St-Helens, que j’ai vu sortir usée, cabossée et mâchée à la pause a réussi à inverser la tendance ensuite ? Comment on a pris 50 points après la première mi-temps que l’on a produite ? J’étais incapable d’analyser ce match. Et puis, je suis descendu dans les vestiaires et là, j’ai trouvé des joueurs très affectés avec des têtes baissées. Je ne me suis pas senti de prendre la parole à ce moment-là, j’ai voulu voir ce qui allait se passer. Tout le monde a attendu que le coach revienne et ce silence était très lourd. McNamara a eu des mots simples et très durs aussi par rapport à l’incompréhension de cette deuxième mi-temps. Les trois joueurs qui quittent le club (Moa, Mead et Simon) ont ensuite exprimé un dernier mot, c’était très émouvant et j’ai enfin pris la parole. J’ai dit que j’étais triste pour eux et leurs entraîneurs. J’ai conclu en leur disant qu’ils n’avaient pas triché et que je préférais remettre les discussions à cette semaine, à tête reposée ».

Retour sur le match

Le président du club a également livré son analyse après l’élimination «Le carton jaune de Maloney ? C’est un braquage. Parce que, s’il y a jaune là, il y a jaune juste avant sur Casty. Sauf que Rémi n’est pas resté au sol à pleurer. Il en prend tous les dimanches et il aurait dû faire comme les autres, rester au sol. À un de moins, Roby joue le petit côté et fait marquer et le deuxième essai arrive après un plaquage manqué de Drinkwater qui se laisse embarquer. Je n’ai jamais vu St-Helens se faire cabosser comme on l’a fait en première mi-temps. Et puis, dès la reprise, coup de pied manqué de Fages, Mead et Langi se regardent et on prend un essai. Là, à 20-2 le match est plié. Après c’est le calvaire, parce que le XIII est cruel. ça ne s’arrête jamais, il n’y a plus de mêlées et ça va très vite. Dès l’instant où mentalement tu baisses la tête, ce qui a été notre cas à la 45′, tu reçois. Peut-être que ça va faire ouvrir les yeux sur beaucoup de choses ».

L’avenir en questions

«La position la plus difficile aujourd’hui c’est celle de président de club. Les gens ne se bousculent pas. Autant il y a des années où ça peut être glorifiant, autant aujourd’hui, c’est loin d’être le cas. Je ne sais pas s’il va rester des personnes pour s’en occuper dans les années à venir et je ne parle pas que de la Super League. Repartir ? Aujourd’hui je suis incapable de vous dire comment nous allons repartir. Il y a quatre mois à passer sans match. Quels sont les partenaires qui vont signer avec nous ? Quels sont les abonnés qui vont s’abonner ? Si je ne trouve pas de solutions, je ne sais pas comment nous allons passer ces quatre mois. Et si quelqu’un est plus fort que moi et qu’il a des solutions, qu’il vienne vite. Le gouvernement français a promis des aides au sport professionnel français. On va rentrer dans cette distribution, mais nous sommes le seul club français professionnel à XIII, la seule équipe dans un sport confidentiel. On a aussi une particularité, tous les autres sports sont en compétition et nous, on est à l’arrêt pendant quatre mois. Les Anglais ont une aide de l’État et nous, qu’est-ce que nous allons avoir, pour passer ces quatre mois ? La main tendue par rapport à la location du stade de la mairie est tune bouffée d’oxygène et nous allons récupérer une prime de la RFL puisque nous terminons troisièmes de ces play-off (160 000 euros). Le député Romain Grau fait le maximum auprès du gouvernement et du ministère de sports pour faire passer notre dossier et jeudi nous avons une visioconférence importante avec le cabinet du ministère ».

Il va y avoir des décisions très difficiles à prendre et il faudra bien que quelqu’un les prenne

Départs et fins de contrat

Cinq joueurs sont en fin de contrat au 30 novembre et également quatre membres du staff. Les interrogations sont là aussi bien présentes : « Si la SL redémarre le 25 mars, les joueurs reprendront fin janvier ou début février. Nous avons David Mead qui retourne en NRL, Sam Moa qui arrête, Mika Simon et Lucas Albert qui vont à Carcassonne et Antoni Maria à Lézignan. Il reste cinq cas à régler avec, Casty, Baitieri, Romano, Belmas et Mourgue. Casty avait annoncé sa retraite et il y a une semaine, il a dit qu’il voulait rejouer. Les conditions de ces quatre mois vont déterminer énormément de choses. Nous prendrons ces décisions quand je saurai comment nous allons passer ces quatre mois. Malheureusement, il va falloir revoir la masse salariale à la baisse, je réfléchis à tout ça et il va y avoir des décisions très difficiles à prendre et il faudra bien que quelqu’un les prenne. Ceux qui sont en fin de contrat sont tombés en fin de contrat la mauvaise année. On va payer tout novembre aux joueurs et puis, ceux qui sont en fin de contrat, ils seront au chômage en suivant. Il ne reste plus que dix-huit contrats d’image aujourd’hui, alors que l’an dernier on est monté à 860 000 euros. Guasch va en signer 5 ou 6, Guy Durand et Louis Mendoza d’autres et quelques sociétés qui ont tourné, mais pour le reste, c’est très compliqué. À un moment donné, ce ne sont que des calculs. Il n’est pas dit aussi que l’on n’échange pas ou que l’on ne vende pas des joueurs et on va le faire. On prépare des jeunes depuis deux ans et est-ce que l’on ne va pas baisser la voilure la saison prochaine ? J’attends de savoir ».

Les recrues pour 2021 ?

« Gil Dudson (Salford) et Mike McMeeken (Castleford) ont signé avec nous au mois de mai ou juin dernier et Israel Folau a prolongé. Mais à ce moment-là, on pensait rejouer avec le public et avec sept ou matches de plus à Brutus. On a signé, c’est fait. Ce sont deux joueurs de plus pour la saison prochaine. Au mois de juin, nous n’étions pas dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Le coach va me donner son avis et je prendrais les décisions qu’il faut prendre quant à la suite du recrutement ».


Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page