Maroc

Polémique à Nador : La Plage de Boukana Devient Payante

Un grand mécontentement règne parmi les habitants de la région de Nador après l’instauration par la commune de Bni Ansar d’un droit d’accès à la plage “Boukana”. Cette mesure concerne ceux qui souhaitent profiter des eaux de mer et du sable fin de cette plage.

Les résidents de la région dénoncent cette décision, particulièrement en raison de l’absence d’infrastructures et d’équipements nécessaires tels que des routes, des installations sanitaires et des parasols. Selon eux, la location par la commune d’un domaine maritime public contrevient aux lois, et ils revendiquent leur droit à accéder gratuitement à la plage.

Les habitants protestent contre les frais imposés

Les habitants expriment leur mécontentement face à la décision du Conseil communal de Bni Ansar, qui vise à générer des revenus pour le budget communal durant la saison estivale, au détriment du pouvoir d’achat des citoyens déjà affectés par la hausse des prix et des services. Cette initiative intervient alors que la plage attire un grand nombre de vacanciers, tant locaux qu’étrangers.

En réponse aux critiques, la commune a clarifié que la redevance de dix dirhams s’applique uniquement aux véhicules et non aux piétons. La mesure vise à combattre les empiétements illégaux sur le domaine public par des individus non autorisés qui imposent des frais de stationnement aux visiteurs de la plage.

Une décision controversée

Les autorités locales justifient la perception de cette redevance comme un moyen de réguler l’accès et de prévenir les abus. Cependant, cette justification n’apaise pas les résidents, qui restent fermement opposés à toute forme de paiement pour accéder à un espace naturel qu’ils estiment appartenir à tous.

La question de l’absence de services de base est également soulevée. Pour les habitants, il est inacceptable de payer pour accéder à une plage qui manque d’infrastructures essentielles. Ils considèrent que la commune devrait d’abord investir dans l’amélioration des installations avant de penser à imposer des frais d’accès.

Réactions et perspectives

La polémique continue d’enfler, alimentée par les réseaux sociaux et les discussions publiques. Les habitants de la région de Nador appellent les autorités à revoir leur décision et à trouver des solutions alternatives qui n’imposeraient pas de fardeau financier supplémentaire aux citoyens.

La situation met en lumière un débat plus large sur l’accès aux espaces publics et la gestion des ressources naturelles. Alors que certaines communes cherchent à monétiser ces espaces pour financer leurs budgets, les résidents revendiquent leur droit à en profiter librement, sans entraves financières.

En conclusion, l’instauration des frais d’accès à la plage de Boukana par la commune de Bni Ansar a déclenché une vive controverse, reflétant les tensions entre la nécessité de générer des revenus pour les collectivités locales et le droit des citoyens à accéder librement aux espaces publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page