MONDE

[VIDEO] VIDEO. À la SPA, on constate toujours autant d’abandons d’animaux

[ad_1]

l’essentiel
À la fin de l’été, la SPA de Montauban abrite plus de 80 chats, dont certains hébergés en familles d’accueil, faute de place, et une quarantaine de chiens.

À la SPA de Montauban, c’est l’heure de la sortie pour Bobby, un malinois espiègle, dans la cour. Chacun son tour, les chiens hébergés dans le refuge ont droit à leur moment privilégié. Cet été 2020, comme tous les autres, a été synonyme d’abandons en Tarn-et-Garonne. Certes, le confinement est resté une période privilégiée, pendant laquelle les animaux sont, pour la plupart, restés avec leurs maîtres à domicile. Mais les départs en vacances engendrent inexorablement de nouvelles arrivées dans cette SPA, présidée par Mylène Seux. Tout comme les divorces et le vieillissement des personnes âgées, principales causes d’abandons.

À la fin de l’été, la structure abrite plus de 80 chats, dont certains hébergés en familles d’accueil, faute de place, et une quarantaine de chiens. Si les effectifs canins restes stables, ceux des félins sont en pleine explosion en cette saison, en raison notamment de l’abandon de portées de chatons.

Pascale Bès est secrétaire de la SPA depuis 23 ans, et selon elle, les mentalités n’ont pas vraiment évolué. « Ça émeut plus qu’autrefois, il y a davantage de combats, reconnaît-elle. Mais les comportements ne changent pas. » Pourtant, le refuge met le paquet sur la sensibilisation des adoptants. « On leur dit bien qu’ils s’engagent pour quinze ans. On envoie des enquêteurs, après adoption, pour voir comment ça se passe à domicile. Parfois, on accepte de reprendre les animaux, ce n’est pas grave. Il faut que l’adoption soit joyeuse et détendue. Un animal, c’est une vie à la maison, c’est important. Pour certains maîtres, la perte est d’ailleurs une douleur immense. »

Toutes les semaines, elle reçoit des appels pour des enquêtes de maltraitance. Selon Pascale Bès, la clef réside dans l’éducation, « dès l’école ». « Il faut inculquer le respect des êtres vivants. Les animaux sont considérés comme des êtres faibles. Certaines personnes, en souffrance, se vengent en exerçant leur pouvoir sur eux. » Le permis d’adopter ? Elle y est favorable, « à condition que ce soit contrôlé ». « Sans cela, toute loi est inutile », estime-t-elle.

[ad_2]
Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page