MONDE

[VIDEO] Dérogation accordée au Puy du Fou pour accueillir 9 000 personnes : l’Élysée assure ne pas être intervenu

l’essentiel
La préfecture de Vendée a accordé une dérogation au parc à thème vendéen, lui permettant d’accueillir 9 000 personnes pour sa Cinéscénie. L’Élysée assure n’y être pour rien dans cette prise de décision.

Voilà un arrêté préfectoral qui n’en finit pas de faire parler de lui. Le 10 août dernier, la préfecture de la Vendée a pris un arrêté permettant au Puy du Fou d’accueillir jusqu’à 9 000 spectateurs lors du spectacle nocturne de la Cinéscénie. Une décision qui intervient alors que, jusqu’au 30 octobre, seules les manifestations regroupant maximum 5.000 spectateurs sont autorisées. Dans l’ombre de cette dérogation décidée par l’administration vendéenne, beaucoup pensent voir y voir la silhouette… d’Emmanuel Macron : « Ce n’est pas rassurant car il (Philippe de Villiers, président du parc vendéen, ndlr) s’agit d’un proche du Président de la République et qu’on a vraiment l’impression qu’il s’agit d’un passe-droit ». La députée a conclu en qualifiant la décision de « mesure détestable », s’indignait ce samedi l’eurodéputée Place Publique Aurore Laluc, qui a qualifié de « non-sens absolu » cette décision.

Un « passe-droit », et pour cause : de nombreux détracteurs du parc vendéen (notamment affiliés aux rangs écologistes) pointent du droit la relation quelque peu ambiguë que tient Philippe de Villiers avec Emmanuel Macron. En 2016, ce dernier, alors ministre de l’Économie s’était rendu dans les travées du parc vendéen. 

Si l’affaire a provoqué un tollé à l’échelle nationale, l’Élysée a tenu à rectifier le tir. Dans les colonnes du Journal du Dimanche, la communication de la présidence a affirmé qu’il n’y avait eu « aucune intervention de l’Élysée ». Selon le tabloïd qui cite un proche du chef de l’État, Emmanuel Macron aurait même été surpris par cette décision de la préfecture. Le président aurait aussi « appelé à la vigilance et à l’équité » dans ce contexte de crise sanitaire.

Crise sanitaire en Vendée : une situation à part ?

Si en France, la dérogation accordée au Puy du Fou a suscité l’indignation, elle a toutefois incité la préfecture vendéenne à apporter quelques explications. Ce samedi, l’administration a tenté de se justifier à travers un communiqué : « Les campagnes de dépistage réalisées ces derniers jours montrent que le département connaît pour l’instant un niveau de vulnérabilité limité », explique la préfecture avant de rappeler que dans le cadre de la Cinéscénie du Puy du Fou, les gradins sont séparés par trois blocs distincts de 4 000 spectateurs. L’administration affirme aussi que les gestes barrière (distribution de gel hydroalcoolique, distanciation sociale, et port obligatoire du masque) sont respectés au maximum sur place. 

Cependant, ce n’est pas la première fois que le Puy du Fou suscite de vives critiques : en juillet dernier, le parc vendéen (situé aux Épesses) avait obtenu une dérogation permettant d’accueillir pas moins de 12 000 personnes sur site. Avant de rétropédaler à la fin du mois et de limiter l’accès à sa fameuse Cinéscénie à 5 000 personnes maximum.


Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page