MONDE

Victoires de la musique ce vendredi soir : une cérémonie sans public et sans applaudissements

La 36e cérémonie des Victoires de la musique se déroule ce vendredi 12 février. C’est à suivre sur France 2 dès 21h05. Une cérémonie particulière, forcément cette année, à laquelle le public ne peut pas participer.

De l’acharnement thérapeutique ? Allons, ça n’est tout de même pas à ce point ! Par contre, il faut reconnaître qu’il y a quelque chose d’un aveuglement (assourdissement ?) involontairement cruel à célébrer les « Victoires de la musique » à un moment où celle-ci n’a jamais autant semblé confinée et déconfite ; voire défaite si l’on veut bien se rappeler que, depuis l’effondrement du marché du disque et la victoire de l’écoute dématérialisée, le concert constitue la principale source de revenus de la plupart des artistes et des musiciens…

Les organisateurs en ont de toute évidence conscience qui ne se sont pas contentés de retirer les catégories « Révélation scène » et « Meilleur concert » et n’ont eu de cesse de clamer vouloir « axer (leur) soirée sur le live pour soutenir ce secteur ».

Une demande pour 1 300 personnes… refusée

À nos confrères de France Info, le directeur général de l’événement, Jean-Yves de Linarès, confiait récemment : « Nous avions lancé tardivement une demande à la préfecture pour accueillir 1 300 personnes, non pas pour les Victoires en elles-mêmes mais pour aider le spectacle vivant, qui cherche des solutions pour ramener des gens dans les salles. » La demande, faite le 28 janvier, a été refusée.

Pas de public donc aux Victoires mais qu’on se rassure, normalement, pas non plus d’applaudissements et cris en boîte comme on a déjà pu voir (et déplorer) : Alexandra Redde-Amiel, directrice des divertissements de France Télévisions, n’est, a-t-elle fait savoir, « pas trop fan » du procédé.

La catégorie « album de l’année » très masculine

N’insistons pas sur l’absurdité dans ces circonstances, d’avoir créé une Victoire de la musique du « Titre le plus streamé », pour rappeler que le crooner sétois de cœur Benjamin Biolay, nommé trois fois, part favori mais que, dans la catégorie phare « Album de l’année », il affronte Grand Corps Malade, Ben Mazué, Gaël Faye et Julien Doré. De sérieux concurrents mais aucune concurrente.

Pour une édition qui, par ailleurs, a cru nécessaire de scinder la catégorie « Révélation » entre masculine et féminine, voilà une absence qui interroge. La présence de Camelia Jordana nommée par ailleurs, suffira-t-elle pour que finalement ces Victoires partent en live ? Cela mériterait pour le coup, des applaudissements, non ?

Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page