MONDE

Un Toulousain victime d’un mystérieux poisson « mordeur » sur une plage de Leucate

Trois petites morsures sur le pied gauche. Stéphane, un Toulousain de 49 ans, a encore du mal à s’en remettre. Ce baigneur qui revient de la plage de Leucate, dans l’Aude, porte encore les stigmates d’une mystérieuse attaque d’un poisson "mordeur" ou d’un possible serpent d’eau, pourtant rare. « J’étais dans l’eau, la semaine dernière, en début d’après-midi, sur une plage de Leucate. Tout d’un coup, j’ai ressenti comme une morsure assez violente sur mon pied qui était entièrement immergé. Je suis sorti de l’eau sans poser le pied au fond par crainte d’une nouvelle morsure. Une fois sur le sable, j’ai vu les trois morsures sur mon pied gauche ».

Pas de venin, pas d’hospitalisation, ni de séquelles. Une morsure qui reste marginale à en croire les spécialistes du secours en mer sur ce secteur. « Nous n’avons pas enregistré de morsures de ce type sur les baigneurs ces derniers jours, avance Jean-Jacques Subra, bénévole au sein de la société nationale des sauveteurs en mer à Port Leucate. Pas d’affolement donc… Mais fait troublant, d’autres attaques plus significatives se sont produites, à près de 400 kilomètres de là, sur la Côte d’Azur, sur une plage de Saint-Raphaël dans le Var, ces derniers jours.

Selon le quotidien Nice Matin, quatre baigneurs ont été attaqués au niveau des mollets sur la même plage du Veillat. Tous ont été conduits à l’hôpital pour des écoulements sanguins importants. D’autres estivants ont signalé des morsures désagréables mais sans danger. Poissons ? Serpents d’eau ? Aucune certitude encore sur ces mystérieuses morsures même si de nombreux observateurs avancent la probable présence d’un sar ou d’un baliste. Ce dernier de forme ovale et doté d’épines érectiles, plus prosaïquement appelé « cochon de mer », apparaît sur le littoral français le long de la Méditérranée et dans le golfe de Gascogne. Tous les regards se tournent donc vers ce poisson non venimeux et dont les morsures se révèlent sans danger.

À Leucate, Jean-Jacques Subra pointe du doigt le réchauffement climatique pour expliquer la recrudescence de certaines espèces dans l’eau. « On retrouve des phénomènes nouveaux comme la présence de poissons de la famille des barracudas, jusque dans la région de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), alors que ce n’est pas leur repaire de prédilection. L’eau de mer se réchauffe et cette population remonte depuis l’entrée de la Méditérannée en Espagne ».

Plus impressionnant, de l’autre côté des Pyrénées, ce sont des requins qui ont été aperçus. Mercredi 22 juillet, sur la plage de l’Almadrava à l’Hospitalet de l’Infant (Espagne), à quelques kilomètres seulement de Port Aventura, une trentaine de vacanciers ont dû quitter les eaux de la Méditerranée. Vers 13h30, les maîtres nageurs ont indiqué avoir aperçu trois requins bleus. Les squales ont rôdé dans le secteur pendant près de trois heures : l’occasion pour les secouristes d’effectuer des trajets de reconnaissance et d’en apprendre un peu plus sur ces visiteurs venus dans les eaux côtières pour chercher de la nourriture ou donner naissance. Ces requins restent cependant inoffensifs.

Via LaDepeche

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page