MONDE

Tensions en Méditerranée : exercice militaire conjoint de la Grèce, la France, l’Italie et Chypre

[ad_1]

Face à l’accroissement des tensions entre Athènes et Ankara depuis plusieurs semaines autour d’importants gisements gaziers en Méditerranée orientale, la Grèce, la France, l’Italie et Chypre conduisent un exercice militaire conjoint dans la région.

La Grèce, la France, l’Italie et Chypre doivent conduire du 26 au 28 août un exercice militaire conjoint au sud de la Crète et de Chypre, en Méditerranée orientale, où les tensions entre Athènes et Ankara se sont récemment accrues, selon le ministère grec de la Défense cité par l’AFP.

«Chypre, la Grèce, la France et l’Italie se sont mis d’accord pour déployer une présence commune en Méditerranée orientale dans le cadre de l’Initiative quadripartite de coopération (SQAD)», a annoncé le même ministère dans un communiqué cité par l’agence de presse française. «Les tensions et l’instabilité en Méditerranée orientale ont accru les disputes sur des questions concernant l’espace maritime (limitations, migrations, flux, etc.)», peut-on également lire dans ce communiqué.

Vives tensions entre Athènes et Ankara autour de vastes gisements gaziers

La découverte de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale ces dernières années a aiguisé l’appétit des pays riverains et renforcé les tensions entre la Turquie et la Grèce, pays voisins et alliés au sein de l’OTAN, aux relations régulièrement ponctuées de crises.

Le 25 août, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, s’est rendu à Athènes et Ankara pour tenter d’apaiser ce différend entre les deux pays voisins, membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), et les inciter au dialogue sur la délimitation des eaux en Méditerranée.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a appelé le 12 août la Grèce et la Turquie à davantage de concertation pour apaiser les tensions en Méditerranée orientale, où il a annoncé un renforcement temporaire de la présence militaire française, selon l’Elysée.

La situation s’est détériorée le 10 août après le déploiement par Ankara son navire de recherche sismique Oruç Reis, escorté par des bâtiments militaires, dans le sud-est de la mer Egée, une zone de la Méditerranée disputée et riche en gisements gaziers. La marine grecque est également présente dans la zone pour «surveiller» les activités turques, selon Athènes.

[ad_2]
Source

Media7

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page