MONDE

Si vous recevez ces mystérieuses graines venues de Chine, ne les semez pas

[ad_1]

l’essentiel
Le ministère de l’Agriculture alerte sur de mystérieuses graines expédiées depuis la Chine a des particuliers français. Des cas similaires ont été observés dans d’autres pays. 

« Il est essentiel de ne surtout pas les semer ». Dans un communiqué publié le 20 août, le ministère de l’Agriculture alerte sur de mystérieuses graines expédiées depuis la Chine à des particuliers français. 

« Ces semences d’origine inconnue peuvent être vectrices de maladies non présentes sur le territoire français ou s’avérer être des plantes invasives. C’est pourquoi il est essentiel de ne surtout pas les semer », indique le texte. Si vous recevez l’un de ces sachets, il est recommandé « de le placer dans un sac plastique et de jeter ce sac hermétiquement clos dans votre poubelle d’ordures ménagères afin que les semences soient détruites ». Si vous avez été en contact avec les graines, le ministère vous conseille de « bien vous laver les mains et le cas échéant, de désinfecter tout objet ayant été en contact avec elles ». 

Fin juillet, des sachets de semences non sollicités, en provenance de Chine, ont été reçus par des particuliers
u27a1Ces semences d’origine inconnue peuvent être vectrices de maladies non présentes sur le territoire ud83cuddebud83cuddf7 ou s’avérer être des plantes invasiveshttps://t.co/v5gddapOv5 pic.twitter.com/nEgbDhjfoo

— Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (@Agri_Gouv) August 21, 2020

Le ministère de l’Agriculture demande aux particuliers d’envoyer des photos des bordereaux d’envoi des emballages et des sachets contenant les graines avant de s’en débarrasser. Les clichés doivent être adressés à la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires du ministère de l’agriculture et de l’alimentation à l’adresse mail suivante : [email protected] Vous pouvez également contacter le Service régional de l’alimentation de votre DRAAF, précise le communiqué. 

Ces envois concernent également les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et Israël. Selon le ministère de l’Agriculture américain relayé par nos confrères de Sud Ouest, cette pratique ressemble au « brushing », un système mis en place par des entreprises d’e-commerce pour recueillir des avis positifs, lorsqu’une commande est imposée avant de pouvoir rédiger un commentaire. Après envoi, les entreprises concernées peuvent elles-mêmes écrire des avis positifs les concernant. 

 



[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page