MONDE

Sécheresse : une carte des restrictions d’eau

En 2019, le rouge symbolisant les restrictions d’eau en Tarn-et-Garonne était écarlate. Deux épisodes importants de canicule avaient asséché les rivières du département. En fin de saison estivale 2019, la préfecture avait même dû tirer la sonnette d’alarme. "Nous avions pompé plus de 5 millions de mètres cubes d’eau dans un bassin de l’Aveyron pour éviter la pénurie, se souvient le locataire de la préfecture, Pierre Besnard. C’était une situation exceptionnelle. Nous avons eu, depuis, de quoi remplir les réserves. Mais avec les prévisions d’un été plus chaud que la moyenne en 2020 et un déficit structurel en eau, les restrictions d’eau concernent en plus des agriculteurs et des entreprises, les particuliers." La faute selon le préfet à une augmentation constante de la population couplée à des températures elles aussi en hausse. "Il faut responsabiliser les usagers qui peuvent penser que les restrictions ne concernent que l’agriculture", enfonce M. Besnard, même si en été, selon les données de la DDT, l’irrigation agricole représente quasiment les trois-quarts de la consommation d’eau.

Trois niveaux d’interdictions

Pour être plus "pédagogues" selon les termes employés par leurs responsables, la préfecture et la direction départementale des territoires (DDT) ont innové cette année avec la publication d’une carte qui classe le niveau de restriction s’appliquant à chaque commune. "Nous parlons à chaque fois des prélèvements en milieu naturel dans les nappes via les puits, dans des plans d’eau ou en pompage dans les cours d’eau, hors les gros cours d’eau que sont la Garonne, le Tarn, l’Aveyron, la Gimone et une partie de la L��re et du Tescou", précise Lucie Chadoune-Facon, la directrice adjointe de la DDT. Lorsque la ville est colorée en blanc sur la carte, il n’y a aucune restriction. Lorsqu’elle est en jaune, le niveau de restriction appelé 1B s’applique (le niveau 1A signifie une surveillance particulière des services de la DDT, N.D.L.R.). En orange, les communes de restriction niveau 2 et en rouge le niveau 3. "Nous voulons faciliter la compréhension des arrêtés pris pour les particuliers, reprend le préfet. Qu’ils puissent les appliquer correctement suivant la commune où ils habitent."

En fonction du classement de sa ville, un particulier doit ainsi respecter des interdictions de prélèvement. L’irrigation de potagers et de serres peut ainsi être interdite sur deux créneaux : de 12 heures à 20 heures pour le niveau 1B et de 8 heures à 20 heures pour les deux niveaux les plus élevés. Pour les piscines, la remise à niveau quotidienne est possible seulement lorsque le seuil est de niveau 1B. Elle est interdite dans les deux autres cas. "Il faut utiliser la ressource à des fins pertinentes et peut-être attendre un peu avant de laver sa voiture par exemple ou accepter que sa pelouse jaunisse", image Lucie Chadoune-Facon. L’herbe serait donc plus verte ailleurs…

Via LaDepeche

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page