MONDE

Rugby à XV : lourde défaite de Montpellier sur la pelouse de Castres (48-17)

Le CO et Urdapileta ont lourdement punit le MHR à Pierre-Fabre (48-17). L’ouvreur Argentin a inscrit à lui seul 33 points, dont deux essais, un record en Top 14. Il efface des tablettes Cédric Rosalen et Benjamin Boyer qui s’étaient arrêtés à 32pts. Les Castrais se donnent de l’air dans la course au maintien. Montpellier, de son côté, replonge dans ses doutes.

Les Héraultais, revigorés dans les têtes après le dernier succès face au Stade Français misaient sur ce déplacement en terre Tarnaise face à des Castrais eux-aussi dans de meilleures dispositions. Les prémices de ce duel furent à leur avantage avec Vincent Martin opportuniste, qui profitera d’un cafouillage de Julien Dumora pour inscrire le premier essai de la rencontre (3-5, 12 ème). Pas de quoi démobiliser les Castrais, à leur aise à domicile depuis quelques rencontres. Benjamin Urdapilleta ira en terre promise, bénéficiant d’un renversement de jeu pertinent suite à un jeu au pied peu académique de Thomas Combezou (10-11, 24 ème).

Les Montpelliérians, sérieux dans le jeu et leur organisation mettaient en place des séquences validées par le jeu au pied de Benoît Paillaugue mais les vieux démons resurgissaient. Notamment sur le compartiment de l’indiscipline. Si le buteur Héraultais permettaient juste avant la pause, à la faveur d’une nouvelle pénalité, de virer en tête au tableau d’affichage (16-17, 38 ème), les ultimes instants du premier acte démontraient une fébrilité toujours d’actualité. Filipo Nakosi n’en demandait pas tant et exploitait un ballon de récupération pour filer aplatir en coin (23-17, 40 ème). Entre le pragmatisme Tarnais et la puissance Héraultaise, les jeux étaient lancés pour la suite et le scénario encore improbable.

Castres euphorique, Montpellier balayé

Et pour tout dire, les hésitations furent dissipées rapidement, Rory Kockott contrant Cobus Reinach dès le coup d’envoi en grillant la politesse à Paillaugue pour un essai décisif (30-17, 42 ème). Les Cistes ne s’en remettront jamais face à une adversité de tous les instants. Les incursions Tarnaises furent plus incisives, ne trouvant pas une réplique digne de ce nom. Benjamin Urdapilleta, qui efface le record de points sur un match détenu par Cédric Rosalen excusez du peu, ira de son doublé après un franchissement de la ligne d’avantage pleine de conviction (43-17, 67 ème). Le bonus offensif déjà dans l’escarcelle du CO, les intentions ne furent pas moins oubliées, Bastien Guillemin sera à la conclusion d’un service idéal de son ouvreur pour sécuriser cet avantage et donner des proportions très larges. Montpellier trop brouillon, n’affichant aucune rébellion, ne pouvait que constater les dégâts.

Les Castrais poursuivent leur redressement spectaculaire, affichant un visage séduisant autour du grand homme de la soirée qu’est Benjamin Urdapilleta. Bien aidés par une conquête de qualité, les locaux ont dorénavant 38 points au compteur et peuvent voir venir avant un déplacement sans pression à venir du côté du Racing 92.

Montpellier inquiète, le sursaut entrevu face au Stade Français n’était finalement qu’éphémère. Les attitudes défensives et le manque de réaction ont tranché face à un concurrent de la deuxième partie du tableau. Les Héraultais iront à Agen lors de la prochaine journée et devront singulièrement améliorer leur rendement pour s’éviter la place de barragiste.

 

Castres – Montpellier, une rencontre à revivre ici, avec Rugbyrama :

 

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page