MONDE

Rénovation thermique et fin des chaudières au fuel : « On n’a jamais autant subventionné les économies d’énergie »

Lutte contre les passoires thermiques en créant un seuil de performance énergétique pour les logements à partir du 1er janvier 2023. Interdiction des chaudières au fuel et au charbon dans les logements neufs et interdiction du remplacement des chaudières actuelles par des chaudières polluantes à partir de 2022. Voilà les deux principales mesures annoncées à l'issue du Conseil de défense écologique ce lundi.

A lire aussi : Chaudières, rénovation thermique, terrasses chauffées, fret ferroviaire : les mesures de la Convention pour le climat

Nicolas Moulin est le fondateur de PrimesEnergie.fr : il réagit à ces mesures.

Que pensez-vous des mesures de lutte contre les passoires thermiques ?

On en parlait depuis 2/3 ans. Ce sera valable pour tous les bailleurs publics et privés si le logement qu'ils louent a un problème d'isolation, de chauffage ou d'humidité. Ils ont trois ans pour effectuer les travaux. Ils n'auront pas droit à de nouvelles aides mais les aides actuelles sont prorogées : primes Energie et primes Rénov (l'ancien crédit d'impôt). Et puis 500 kilowatts heure, c'est pas si méchant. Ça correspond en gros à l'étiquette F.

Interdire les chaudières au fuel et au charbon, c'est une bonne chose ?

Les chaudières au charbon, c'est devenu minuscule. Les chaudières au fioul sont encore répandues dans les zones périurbaines ou dans les zones rurales. Se chauffer au fioul a été intéressant. Si vous choisissez d'installer une chaudière au gaz aujourd'hui, vous recevez entre 750 et 1500 € de prime Energie. Si vous choisissez d'installer une pompe à chaleur, vous recevez 9000 € de prime Energie et de prime Rénov. Avec le gaz, vous réduisez votre consommation par deux, avec la pompe à chaleur vous la divisez par trois. Avant de remplir leur cuve de fuel pour la saison d'hiver, les gens doivent vraiment se poser la question.

Ces mesures seront-elles efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Plus vous donnez de primes, plus vous avez un impact sur les travaux. Et les aides, elles sont pour tous. On n'a jamais autant subventionné les économies d'énergie. Le bâtiment représente 40 % des gaz à effet de serre, l'autre partie importante ce sont les transports. La France a l'obligation de faire des économies d'énergie, c'est une trajectoire imposée.

Via LaDepeche

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page