MONDE

Prolifération des nids de guêpe :  » Cet été, c’est la folie! « 

La société BioNormes Hygiène est submergée par les appels pour des demandes d'intervention. La raison est souvent la même : les guêpes. "C'est de la folie, il y en a énormément ! " s'alarme M.Durand expert de la désinsectisation chez BioNormes Hygiène. "Les gens nous appellent tous les jours. On est même obligé de refuser des interventions." raconte-t-il. La société d'extermination des nuisibles qui intervient de la Haute-Garonne jusqu'au Lot demande désormais un délai de quinze jours.

Même constat pour François Bouyssié de la société Bio 3D basée à Carmaux. "On a une réelle explosion de la demande. Les guêpes créent une nuisance dès qu'on veut profiter de sa terrasse, de son jardin ou de sa piscine." Avec la chaleur, les guêpes sont plus agressives. Or une piqûre n'a rien d'agréable, peut créer un œdème et est particulièrement dangereuse si on y est allergique."

Un hiver doux et un printemps humide propices à la prolifération des guêpes

Cette surpopulation s'explique cette année par des conditions idéales pendant la période de reproduction de l'espèce. "Les guêpes ont besoin d'humidité et de chaleur pour se reproduire et grandir dans les meilleures conditions. On a eu beaucoup d'humidité entre les mois de mai et de juin et ensuite il a fait très chaud," explique Didier Bertocco, gérant d'ActiSud Languedoc-Roussillon, une société de désinsectisation.

L'hiver, toutes les guêpes meurent sauf les reines qui hibernent dans un abri, avant de reconstruire une colonie au printemps. À cause des épisodes de gels et la baisse des températures certaines ne passent pas l'hiver. Mais comme le souligne François Bouyssié, "il n’y a pas eu de grand ménage" à cause d'un hiver trop clément.

Des nids difficiles d'accès

En cas de suspicion d'un nid de guêpes chez soi, sa destruction sans l'aide d'un professionnel est difficile. "Les produits qu'on trouve en grande surface sont assez inefficaces et ne peuvent pas traiter tous les cas." commente Didier Bertocco. Son équipe d'ActiSud intervient en moyenne trente fois par semaine uniquement pour des problèmes de nids. "Souvent nos clients pensent que les guêpes sont dans les toits car ils voient beaucoup de guêpes autour. Mais parfois elles viennent juste là se rafraîchir un peu" explique-t-il.

Dans les volets roulants ou sous une fenêtre, ces insectes ont besoin d'un endroit stable et en hauteur. "On est intervenu pour un petit nid sur la portière d'une voiture." s'amuse-t-il. Avec le confinement, les guêpes ont pu profiter de nouvelles accroches où se loger.

Via LaDepeche

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page