MONDE

Nuit de l’enfer pour 2 500 voyageurs de la SNCF coincés dans des trains suite à une vaste panne électrique

[ad_1]

l’essentiel
Alors que ce lundi est synonyme de retour au travail pour de nombreux Français après un été sous le signe du coronavirus, certains ont vu leurs retours à domicile tourner au cauchemar. 2 500 passagers de la SNCF ont en effet vécu une « nuit de l’horreur », ils ont été bloqués la nuit entière sur les voies dans le Sud-Ouest en raison d’une vaste panne électrique. 
 

2 500 passagers, des heures de retards et une dizaine de TGV concernés. Dans la nuit de ce dimanche à ce lundi, une vaste panne électrique a touché le réseau de la SNCF engendrant d’importants retards.

Une dizaine de TGV se sont en effet retrouvés bloqués entre Dax et Bordeaux dimanche. À l’origine de cette nuit de l’enfer : une vaste panne électrique. En effet, le train numéro 8546 prévu au départ d’Hendaye à 17 h 55 pour une arrivée à Paris-Montparnasse à 22 h 00 est parti finalement à 18 h 30 avant se retrouver bloqué à Biarritz où un autre train n’avait déjà pas pu partir à 15 h4 5. Les deux TGV ont été jumelés et sont repartis à Hendaye. Un autre train se trouvait, lui, bloqué entre Dax et Bordeaux.

« Nuit de l’enfer »

La SNCF a annoncé ce lundi qu’un train a endommagé une installation électrique entre Dax et Morcenx dimanche, causant toutes ses perturbations. L’interruption du trafic « sur la ligne Bordeaux Hendaye et Bordeaux Tarbes » devrait durer jusqu’à 19 heures.

Si une partie des passagers ont vu leur hébergement pris en charge, notamment à Biarritz, un bon nombre d’entre eux ont passé la nuit sur les voies. Quelque 1 000 à 1 500 passagers devant se rendre à Paris ont également été ramenés à Hendaye.

« On nous annonce une arrivée sur Paris à 9h13 donc avec près de 20 heures de retard sur l’horaire initial. J’espère qu’au moins on va battre un record », relate à franceinfo ce lundi Grégory, un passager d’un TGV bloqué sur les voies entre Dax et Bordeaux.

 « C’est la galère ; il y a des familles, des enfants et on n’a pas d’information. Le personnel est dépassé. On nous a promis des plateaux-repas et des bouteilles mais on n’a finalement rien eu », a déploré une journaliste de l’AFP présente dans le train.

Des photos de cette « nuit de l’horreur » ont été publiées sur les réseaux sociaux. 

1h15 du matin. Toujours dans le train coincé en pleine voie. Départ de Biarritz à 15h55. Je vais passer toute la nuit avec ma femme et mon fils de 2 ans sans distribution d’eau et nourriture.
Voilà où dort mon fils en plein covid
Bravo @SNCF @ouisncf pic.twitter.com/AyS8mTHDJu

— GEN1US (@NormanGenius) August 30, 2020

« Les gens sont fatigués, ont faim, soif. Pas d’info, incident sur incident, pas de train d’échange. Tableaux d’affichage éteints pour cacher la misère #cauchemardTGV852 », a tweeté Harry AN.

Compensation exceptionnelle

« Nos équipes sont toujours en cours d’intervention concernant la panne de l’alimentation électrique dans le secteur de Dax », a expliqué dans un tweet la SNCF qui promet une « compensation exceptionnelle ».

Des passagers sont actuellement encore bloqués sur les voies entre Dax et Bordeaux. Ce dimanche 30 août à la mi-journée, une première panne avait provoqué une série de retards importants. 



[ad_2]
Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page