MONDE

«Ne méprisez pas les musulmans» : deux hommes incarcérés en Corée du Sud aprÚs avoir menacé Macron

[ad_1]

Sur des affiches collĂ©es sur les murs de l’ambassade française Ă  SĂ©oul, des menaces ont Ă©tĂ© profĂ©rĂ©es, notamment envers Emmanuel Macron. Les deux auteurs prĂ©sumĂ©s, deux Ă©trangers sont actuellement en dĂ©tention provisoire Ă  SĂ©oul.

SoupçonnĂ©s d’avoir collĂ© cinq tracts, sur le mur de l’ambassade de France à SĂ©oul le 1er novembre 2020 vers 22h30, profĂ©rant des menaces notamment envers le prĂ©sident français Emmanuel Macron, deux Ă©trangers ont Ă©tĂ© placĂ©s le 9 novembre en dĂ©tention provisoire, selon le commissariat de police de la commune de Seodaemun en CorĂ©e du sud citĂ© par l’agence de presse semi-publique sud-corĂ©enne Yonhap.

Ceux qui nous mettent le couteau seront mis Ă  mort par ce couteau

«Ne mĂ©prisez pas les musulmans», «Ne dĂ©truisez pas notre religion» et «Ceux qui nous mettent le couteau seront mis Ă  mort par ce couteau» pouvait-on lire sur ces tracts, d’aprĂšs Yonhap. L’un de ces prospectus contenait par ailleurs une photo du chef de l’Etat français barrĂ© en rouge. Ces propos et menaces s’inscrivent dans une vague de protestation de nombreux pays Ă  majoritĂ© musulmane Ă  l’Ă©gard de la France.

Un mandat d’arrĂȘt a Ă©tĂ© dĂ©posé par la Cour du district Ouest de SĂ©oul contre un homme «étranger» de 25 ans, sans toutefois prĂ©ciser sa nationalitĂ©, pour avoir prĂ©tendument menacĂ© une mission diplomatique. 

Son supposĂ© complice a quant Ă  lui Ă©tĂ© placĂ© en dĂ©tention le 7 novembre, soit trois jours aprĂšs avoir Ă©tĂ© interpellĂ© dans une ville de province. Le tribunal, citĂ© par Yonhap, avait estimĂ© que l’homme pouvait dĂ©truire des preuves et prendre la fuite.

«La police est en train de mener l’enquĂȘte en se focalisant sur la relations entre les deux suspects, leur mobile et leur Ă©ventuelle relation avec le terrorisme», a dĂ©clarĂ© le chef de l’Agence de la police de SĂ©oul (SMPA), Jang Ha-yeon, lors d’une rencontre avec des journalistes. Il a Ă©galement fait savoir qu’une inspection de sĂ©curité était en cours dans les missions diplomatiques prĂ©sentes dans le pays.

Les propos d’Emmanuel Macron concernant le droit Ă  la caricature du prophĂšte de l’islam Ă  la suite de la mort du professeur Samuel Paty dans l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) le 16 octobre dernier avaient provoquĂ© une vague de contestation dans de nombreux pays Ă  majoritĂ© musulmane. Le prĂ©sident de la RĂ©publique avait par la suite prĂ©cisĂ© ses propos auprĂšs de la chaine al-Jazeera. Il avait expliquĂ© «comprendre» que des musulmans aient pu ĂȘtre choquĂ©s par les caricatures, tout en soulignant qu’il n’accepterait jamais qu’on l’on puisse justifier la violence, rĂ©itĂ©rant sa dĂ©fense de la libertĂ© d’expression.

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page