MONDE

Mystère des disparus du Fort de Tamié : un crâne humain retrouvé, la piste de Nordahl Lelandais ravivée ?

Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou ont disparu respectivement en 2011 et en 2012 pendant un festival électro près d’Albertville en Savoie, où se trouvait également Nordahl Lelandais. Et des ossements humains ont été découverts à cet endroit récemment.

À l’époque la thèse de l’accident coup sur coup à un an d’intervalle avait été envisagée. 

Jean-Christophe Morin, 22 ans, vivant dans une camionnette n’a plus donné signe de vie depuis septembre 2011 après s’être rendu au festival électro « Elements » qui se déroule au Fort de Tamié à côté d’Albertville en Savoie.

Son sac à dos est retrouvé quelques jours plus tard mais lui a complètement disparu.

Un an plus tard, en septembre 2012, c’est au tour d’Ahmed Hamadou, 45 ans de se volatiliser après un retrait d’argent liquide de 300 euros.

Mais les enquêtes sont rapidement abandonnées et les dossiers classés.

Dans la liste prioritaire dans laquelle Nordahl Lelandais est suspect

Mais voilà qu’apparaît Nordahl Lelandais dans les radars des autorités et la création de la cellule Ariane de la gendarmerie qui a étudié plus de 900 affaires non élucidées pour réduire la liste à 40 dont 13 prioritaires en 2019, dans lesquelles Nordahl Lelandais mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et du caporal Noyer, mais aussi dans trois affaires d’agressions sexuelles sur mineurs, pourrait être suspecté. 

Les enquêteurs vont donc se concentrer sur 35 affaires de disparitions et cinq morts suspectes, dans six départements : Savoie, Isère, Drôme, Rhône, Loire et Ain. Parmi les victimes, il y a 27 hommes, 12 femmes et une fillette.

Et dans cette « short » liste de 13 personnes, les noms de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou apparaissent. 

Et pour cause, la présence de Nordahl Lelandais aux alentours de ce festival de Savoie à cette époque  est une piste envisagée. D’autant plus que comme le caporal Arthur Noyer, les deux disparus avaient l’habitude de se déplacer en stop.

Auraient-ils croisé la route du meurtrier de la petite Maëlys et du caporal Noyer, le soir de leur disparition respective ? Les enquêteurs ne l’excluent pas en tout cas.

Nouvel élément : la découverte d’ossements humains

En octobre 2020, des ossements humains ont été découverts par des chasseurs à proximité du Fort de Tamié. L’information n’a été publiée qu’en janvier dernier par L’Essor savoyard.

Ces ossements ont été envoyés à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. Le parquet d’Albertville n’a fait aucun lien entre ces ossements et les deux disparus comme le rapporte SudOuest.

Il s’agirait notamment d’un crâne humain selon nos confrères de Marianne.

Les avocats des familles, Me Didier Seban et Me Corinne Hermann ont eu connaissance de cette découverte il y a quelques semaines sans qu’aucun lien ne soit fait avec les deux disparus.

Mais Me Didier Seban a expliqué à France 3 : « On apprend qu’une autopsie est en cours. C’est très important de savoir si ça peut être le corps d’un des deux hommes disparus à Fort Tamié. On nous a dit que ces ossements n’avaient rien à voir avec cette affaire mais sans nous en dire plus. Donc nous avons l’espoir que cette autopsie donnera une réponse assurée aux familles ».

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page