MONDE

Moscou : un activiste simule une crucifixion devant le siège du FSB

[ad_1]

Affirmant vouloir protester contre l’«arbitraire de la justice russe», Pavel Krissevitch a simulé sa propre crucifixion devant le siège du FSB. Il a été condamné à 15 jours de détention administrative pour avoir désobéi aux injonctions de la police.

Le 6 novembre, le tribunal du district Tverskoï de Moscou a condamné Pavel Krissevitch à 15 jours de détention administrative pour avoir désobéi aux injonctions de la police. L’activiste avait manifesté la veille devant le siège des services de sécurité russes (FSB) déguisé en Jésus-Christ, dont il a simulé la crucifixion.

Le tribunal, cité par l’agence de presse russe Tass, a déclaré «Pavel Krissevitch coupable en vertu de la première partie de l’article 19.3 du Code russe des infractions administratives (non-respect d’un ordre légal d’un policier) et lui a infligé une peine de 15 jours de détention administrative». 

L’avocat du militant a cependant affirmé que son client n’avait opposé aucune résistance aux forces de l’ordre.

Vêtu d’un pagne, les bras attachés à une croix et les jambes posées sur un tabouret, Pavel Krissevitch a réalisé sa performance le 5 novembre au soir dans le centre de Moscou pour protester «contre l’arbitraire de la justice russe» et «soutenir les prisonniers politiques», rapporte l’AFP. «Le nombre de prisonniers politiques augmente en Russie chaque année», a déclaré auprès de l’agence son avocat, Sergueï Telnov, commentant les motifs de la performance.

Des acolytes de l’activiste avaient disposé des fumigènes autour de lui et mis le feu à d’épais dossiers sur la couverture desquels étaient écrits les noms de détenus célèbres, selon la même source. Il a été arrêté sur place.

Une vidéo de la performance a été relayée sur les réseaux sociaux. On y voit deux membres des forces de l’ordre s’approcher de Pavel Krissevitch, alors qu’il simule une crucifixion devant des objets en proie aux flammes.

Pavel Krissevitch n’en est pas à son coup d’essai : comme le sulfureux activiste russe Piotr Pavlenski, Pavel Krissevitch est coutumier des performances choc. En août dernier, Pavel Krissevitch, déguisé en policier, avait simulé l’égorgement d’un mannequin symbolisant les «prisonniers politiques russes» pour dénoncer «l’Etat qui réclame du sang». La performance avait lieu devant un tribunal où étaient jugés des jeunes accusés d’avoir d’avoir créé une «organisation extrémiste» ayant pour but de renverser l’ordre constitutionnel en Russie.



[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page