MONDE

Moncef Slaoui s’excuse après une plainte pour harcèlement sexuel

Moncef Slaoui, qui a dirigé les efforts de développement du vaccin Covid sous l’administration Trump, a déclaré mercredi qu’il était « profondément désolé » à une femme dont la plainte pour harcèlement sexuel a conduit à son éviction plus tôt dans la journée en tant que président d’une société soutenue par le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline.

M. Slaoui a également déclaré qu’il se mettait en congé de ses fonctions dans d’autres entreprises du secteur de la santé et dans une société de capital-risque pour se consacrer à sa famille, à laquelle il a également présenté ses excuses.

M. Slaoui, qui a passé 30 ans chez GSK, était le scientifique en chef de l’opération Warp Speed, le projet du gouvernement américain visant à développer des vaccins pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Mercredi, GSK a déclaré que son conseil d’administration avait licencié l’homme de 61 ans en tant que président de Galvani Bioelectronics en raison d’allégations « fondées » selon lesquelles il aurait harcelé sexuellement une employée de GSK et aurait eu une conduite inappropriée à son égard il y a plusieurs années. GSK est l’actionnaire majoritaire de Galvani.

La femme a fait ces allégations dans une lettre envoyée à GSK en février. Un cabinet d’avocats engagé par la société pharmaceutique, Morgan, Lewis & Bokius, continue d’enquêter sur ses allégations.

« C’est avec un profond regret que je prends acte de la déclaration faite aujourd’hui par GlaxoSmithKline plc concernant mon licenciement en tant que président du conseil d’administration de Galvani », a déclaré M. Slaoui dans un communiqué mercredi.

« J’ai le plus grand respect pour mes collègues et je me sens mal que mes actions aient mis un ancien collègue dans une situation inconfortable. Je tiens à m’excuser sans réserve auprès de l’employé concerné et je suis profondément désolé pour toute détresse causée », a-t-il ajouté.

« Je tiens également à m’excuser auprès de ma femme et de ma famille pour la peine que cela leur cause », a ajouté M. Slaoui.

« Je vais travailler dur pour me racheter auprès de tous ceux que cette situation a touchés », a-t-il ajouté.

M. Slaoui est marié à Kristen Slaoui, qui était auparavant vice-présidente et responsable du développement commercial chez GSK.

GSK a publié une déclaration accablante au sujet de Slaoui en annonçant son licenciement de Galvani.

« Les comportements du Dr Slaoui sont totalement inacceptables », a écrit GSK, qui retire le nom de Slaoui de son centre de recherche sur les vaccins à Rockville, dans le Maryland.

L’entreprise a également déclaré que les actions de M. Slaoui « représentent un abus de sa position de leader, violent les politiques de l’entreprise et sont contraires aux valeurs fortes qui définissent la culture de GSK. »

« La société attend de tous les membres de GSK qu’ils se comportent conformément à ses valeurs, en particulier ses dirigeants, où ses normes sont les plus élevées. »

Dans une lettre distincte adressée aux employés, la PDG de GSK, Emma Walmsley, s’est dite « choquée et en colère par tout cela, mais je suis résolue. »

« Je veux être claire : le harcèlement sexuel est strictement interdit et ne sera pas toléré », a écrit Walmsley.

« La protection de la femme qui s’est présentée et de sa vie privée a été une priorité essentielle tout au long de cette période. Cela continuera », a écrit Walmsley. « Je respecte et admire son courage et sa force. J’ai passé de nombreuses nuits ces derniers temps à me mettre à sa place. Plus que tout, cela n’aurait tout simplement pas dû arriver. »

Galvani est une société de recherche médicale axée sur le développement de médicaments bioélectroniques pour le traitement des maladies chroniques. Elle est née d’un partenariat entre GSK et Verily Life Sciences, qui s’appelait auparavant Google Life Sciences. Verily est une filiale d’Alphabet, la société mère de Google.

Le mois dernier, M. Slaoui a rejoint Centessa Pharmaceuticals en tant que directeur scientifique et conseiller.

Centessa a été fondée par la société de capital-risque Medicxi. Slaoui est un partenaire de Medicxi depuis 2017.

Slaoui est également président du conseil d’administration de la société de vaccins Vaxcyte.

Une porte-parole de GSK, à qui l’on a demandé si la société partagerait les détails de son enquête sur Slaoui avec d’autres entreprises auxquelles il est affilié, a déclaré : « Nous ne partageons rien au-delà de ce que nous avons dit publiquement pour le moment. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page