MONDE

Mars 2020 : à quoi correspondent ces « sept minutes de terreur » dont dépend le succès de la mission ?

Sept petites minutes où le hasard ou du moins la chance, se font une place dans une mission calibrée au cheveu près. Les astrophysiciens ont nommé ce moment les sept minutes de la terreur. 

Après sept ans de préparation, sept mois de voyage où tout a été millimétré par les scientifiques et astrophysiciens qui ont travaillé d’arrache pied sur la mission Mars 2020, son succès dépendra finalement en partie des sept minutes cruciales, au cours desquelles la sonde va déposer le robot Perseverance.

Décalage dans la réception des signaux

Pour expliquer comment se déroule l’atterrissage, la Nasa a publié une vidéo. On y apprend notamment que sept minutes, c’est précisément le temps qu’il faudra entre l’entrée du Rover dans l’atmosphère martienne et le moment où il va toucher le sol. 

Mais il y a un décalage de onze minutes, pour recevoir les signaux émis par la sonde. Pour résumer, pendant ces sept minutes, la sonde ne pourra plus ��tre pilotée. 

Déjà le cas pour Curiosity

« Tout est automatique, détaille Olivier Gasnault, collègue de Sylvestre Maurice à l’Institut de recherche en astrophysique et en planétologie (Irap), à Toulouse. Les dix à vingt minutes nécessaires pour communiquer avec la sonde, compte tenu de la distance, empêchent son pilotage » et la livrent à une relative incertitude, même si la séquence est semblable à celle qui avait conduit le Rover Curiosity sur Mars, en 2012.

Le suspense prendra fin très rapidement, puisque si tout s’est bien déroulé, Perseverance devrait être en mesure d’envoyer ses toutes premières images après quelques minutes.

Lire aussi – Perseverance sur Mars ce jeudi : nous pourrions enfin savoir s’il y a eu de la vie sur la planète rouge

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page