MONDE

L’incroyable vidéo d’un journaliste braqué par un homme armé avant le début de son direct en Équateur

Un homme armé a braqué le journaliste Diego Ordinola alors qu’il allait passer en direct à l’antenne. Il se trouvait devant un stade de la ville de Guayaquil, en Equateur, vendredi 12 février. Il a décidé de diffuser la vidéo de son agression que son cameraman a réussi à tourner.

Il était aux alentours de 13 h, vendredi 12 février, lorsqu’un journaliste a été braqué par un homme armé. Il se préparait pour un direct sur la chaîne Directv Sports devant le stade Monumental de Guayaquil, en Equateur, rapportent nos confrères du Huffington Post. 

Braqué avec une arme 

Sur les images filmées par le cameraman de Diego Ordinola, on peut voir un homme masqué se diriger vers l’équipe avec une arme. Il les menace en pointant son pistolet et crie « Ton téléphone ! », en exigeant qu’ils lui remettent leur mobile. Il donne ensuite un coup dans le micro du présentateur.

Une fois les portables dérobés, l’agresseur a pris la fuite en courant avant de monter sur une moto grâce à la complicité d’autres individus. Le journaliste et son cameraman ont tenté de poursuivre le malfaiteur, en vain.

Des internautes solidaires avec le journaliste

Diego Ordinola a décidé de publier les images de son agression sur les réseaux sociaux. La vidéo de 38 secondes a été vue plus de 430 000 fois. L’homme a également dénoncé cette situation dans un message sur Twitter. « Nous ne pouvons même pas travailler tranquillement ». Par ailleurs, il assure que la police mène l’enquête et « a promis de retrouver ces criminels ».

Plus de 1 000 internautes ont laissé un commentaire sous la vidéo de Diego Ordinola afin de montrer leur solidarité envers lui. Ils demandent que le braqueur soit rapidement retrouvé. Certains ont relevé la plaque d’immatriculation de la moto et ont même diffusé le visage de l’agresseur. Cet incident a relancé le débat sur l’insécurité qui règne en Equateur. 

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page