MONDE

Ligue Nationale de Rugby : « Je ne serai plus président dans un an », assure Paul Goze 

l’essentiel
Le président de la Ligue nationale de rugby ne se représentera pas l’année prochaine. Paul Goze en termine donc avec son deuxième mandat. Celui-ci est revenu sur la situation des clubs de rugby français en cette période de crise sanitaire. 

Élu président de la Ligue nationale de rugby (LNR) en 2012, Paul Goze ne sera « plus président dans un an », a-t-il expliqué mercredi dans un entretien à l’AFP, où il écarte toute tentation d’un troisième mandat. « Je finis mon deuxième et dernier mandat à la fin de l’année. Cela fait huit ans. J’ai été élu en novembre 2012, je finis donc mon mandat à la fin de l’année 2020. Je ne serai plus président dans un an », a confié celui qui avait été réélu en 2016. 

Un troisième mandat, comme un temps évoqué par certains médias? « Je ne peux pas. Les statuts ne permettent pas plus de deux mandats », a-t-il rappelé. Selon les statuts et règlements généraux de la LNR, section 3, article 29, « le Président est rééligible, dans la limite de deux mandats successifs », ce qui exclut donc le Perpignanais de 68 ans. Un troisième mandat de Goze aurait nécessité une modification des statuts de la Ligue ainsi qu’une validation par l’assemblée générale de la Fédération. 
Les élections auront lieu en « fin d’année 2020 ou début d’année 2021 ». 

« Je voudrais régler les problèmes de l’automne et puis avoir avancé dans le problème du calendrier international pour la saison à venir avant de passer à l’élection. Aucune date n’est arrêtée aujourd’hui », a-t-il également précisé. 

Les « efforts conséquents » des clubs de rugby français

Dans un entretien donné à l’AFP, le président est revenu sur les « efforts suffisamment conséquents » des clubs de rugby français qui ont dû faire face à la crise. Les clubs français se sont en effet déclarés disposés à étendre la fenêtre internationale, perturbée par la pandémie, pour la porter à cinq dates sur cinq semaines, soit une de moins que ne le souhaite la Fédération française de rugby (FFR). 

« Nous sommes sur nos positions et nous attendons que la Fédération fasse éventuellement des propositions à la manière dont elle voit le problème. Nous sommes extrêmement fermes sur cette proposition: on estime que de trois à cinq matches, c’est un effort suffisamment conséquent. Surtout dans le contexte actuel, il n’est pas possible que les clubs fassent plus d’effort », a expliqué Goze à l’AFP. 

« On est solidaires du rugby international, mais on ne peut pas être solidaires en nous sabordant nous-mêmes. On a fait un effort très important à un moment très difficile, je pense que c’est le maximum. On attend d’entamer une discussion avec la Fédération », a-t-il également confié. Initialement, le XV de France devait disputer trois matches en novembre mais World Rugby a doublé fin juillet la fenêtre des tests d’automne: résultat, les Bleus pourraient disputer six matches entre le 24 octobre et le 6 décembre, ce qui permettrait de renflouer en partie une trésorerie mise à mal par la crise sanitaire, mais priverait d’autant les clubs de leurs internationaux. 

« On attend que la Fédération revienne vers nous avec une proposition. Nous, on a fait la nôtre. Cinq semaines, cinq matches. Je pense que la Fédération va revenir vers nous, car il y a deux choses à régler: le nombre de matches mais aussi la mise à disposition. Le nombre de matches ne règle pas le nombre de joueurs qui sont mis à disposition pendant les périodes internationales », a poursuivi le président de la LNR. « Tout ça doit être négocié en fonction de la convention entre la FFR et la LNR. On attend donc que la Fédération revienne vers nous avec sa proposition et, à partir de là, nous négocierons, s’il y a lieu », a-t-il assuré. 


Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page