MONDE

L’édito de Yann Marec : « Les Misérables »

Les faits sont terribles. Après Trappes, il y a maintenant les images de Poissy. Et puis, une prise de position hors sol, celle de la Défenseure des droits.

Yann Marec, rédacteur en chef de Midi Libre.
Midi Libre – MICHAEL ESDOURRUBAILH

Si l’on comprend bien Claire Hédon, la République n’est plus une et indivisible.

Selon elle, il faudrait que l’État ferme les yeux sur des quartiers dits sensibles. On ne regarde, déjà, pas les petits arrangements entre frères des cités, mais là, il faudrait carrément abdiquer sur les contrôles d’identité.

Quelle drôle d’idée ! Abandonner un territoire de la République serait la seule réponse ?

Et quel message envoyé à tous les petits cracks sur l’autorité de l’État, donc de la police ?

Cette forme d’abandon qui voudrait dire que la société recule, qu’elle n’est plus en capacité d’inverser la tendance nous plonge directement dans la scénographie des « Misérables » de Ladj Ly.

Ce n’est pas un monde souhaitable. La Défenseure des droits s’est égarée. Qu’elle repense vite sa copie au risque de griller sa parole.

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page