MONDEPOLITIQUE

Le vote sur l’éviction d’Israël de l’Union africaine est reporté d’un an

"L'Algérie et l'Afrique du Sud ont échoué dans leur tentative d'expulser Israël", a déclaré une source du ministère des affaires étrangères.

L’Union africaine a formé dimanche un comité chargé de réexaminer le statut d’observateur d’Israël, reportant ainsi un vote prévu lors de l’assemblée de cette année.

Le comité est censé réexaminer le statut d’Israël et soumettre ses conclusions au Conseil exécutif de l’UA de l’année prochaine.

« L’Algérie et l’Afrique du Sud ont échoué dans leur tentative d’évincer Israël », a déclaré une source du ministère des affaires étrangères.

Dans le même temps, l’espoir d’Israël de remporter un vote qui confirmerait enfin son statut d’observateur ne s’est pas réalisé.

« L’acceptation d’Israël au sein de l’Union africaine en tant qu’observateur est clairement dans l’intérêt d’Israël, de l’UA et de ses membres », a déclaré le ministère des affaires étrangères. « Elle permettra une coopération accrue entre Israël et les États africains ».

Israël considère l’approfondissement des relations et de la coopération avec l’UA comme très important, a-t-il ajouté.

La chaîne de télévision satellitaire panarabiste Al Mayadeen, basée à Beyrouth, a faussement affirmé qu’Israël avait été suspendu de son statut d’observateur. Elle a également indiqué que les membres du comité seront le président sénégalais Macky Sall, en sa qualité de président de l’Union africaine, le président algérien Abdelmadjid Tebboune, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le président nigérian Muhammadu Buhari, le président camerounais Paul Biya et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi, qui a fait pression pour qu’Israël obtienne le statut d’observateur lorsqu’il dirigeait l’UA.

La plupart des décisions de l’UA sont prises par consensus, et le comité est un moyen d’éviter un vote divisé.

Le Conseil exécutif de l’Union africaine s’est réuni à Addis-Abeba jeudi dernier en présence des chefs d’État. Pour que la motion visant à révoquer le statut d’observateur d’Israël soit adoptée, il aurait fallu que les deux tiers des 54 États membres de l’Union africaine soutiennent la motion présentée par l’Afrique du Sud et l’Algérie.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, s’est joint à la campagne contre Israël, déclarant à l’UA, ce week-end, que « le moment est venu de condamner Israël pour ses crimes de persécution et d’apartheid. »

Jérusalem avait été optimiste quant au fait qu’Israël obtiendrait les votes dont il a besoin, et une source diplomatique africaine a approuvé cette évaluation la semaine dernière.

Le vice-ministre des affaires étrangères du ministère des affaires étrangères pour l’Afrique s’est rendu à Addis-Abeba et au Sénégal, entre autres pays africains, ces dernières semaines pour promouvoir la position d’Israël lors du vote, a indiqué la source.

Israël a rejoint l’Union africaine en tant qu’observateur en juillet dernier lorsque le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a annoncé cette décision, soutenue par Tshikedi. Si M. Mahamat avait le pouvoir de le faire unilatéralement, il pensait avoir le soutien de la majorité lorsqu’il a accordé ce statut à Israël, a indiqué une source diplomatique.

Depuis lors, 21 États membres de l’UA ont protesté contre cette décision, bien que nombre d’entre eux se soient spécifiquement opposés à ce que les faits sur le terrain soient présentés sans discussion et à ce que le statut d’observateur d’Israël ne soit pas accordé par principe.

Onze des 54 États membres de l’UA n’ont pas de relations complètes avec Israël. Plusieurs de ces 11 pays ont conclu des accords avec Israël, comme Djibouti, qui autorise les navires israéliens à passer dans ses eaux.

L’UA a été fondée en 2002, avec Israël comme observateur. Israël a été évincé de l’UA l’année suivante dans le cadre d’une campagne menée par feu le dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page