MONDE

L’Autriche ferme deux «mosquĂ©es radicales» et suspend le chef de la lutte anti-terroriste

[ad_1]

Quatre jours aprĂšs l’attentat perpĂ©trĂ© à Vienne par un individu «qui se sentait proche de Daesh», le gouvernement autrichien a ordonnĂ© la fermeture de «mosquĂ©es radicales» et le responsable de la lutte antiterroriste dans la capitale a Ă©tĂ© suspendu.

Le 6 novembre, le ministĂšre de l’IntĂ©rieur autrichien a annoncĂ© que le gouvernement avait ordonnĂ© la fermeture de deux «mosquĂ©es radicales» que frĂ©quentait l’auteur de l’attentat qui a fait quatre mots Ă  Vienne, quatre jours aprĂšs ce dernier.

L’assaillant autrichien de 20 ans, dont les parents sont originaires de MacĂ©doine du Nord, avait Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  de la prison en avril 2019 pour avoir essayĂ© de rejoindre les rangs des combattants djihadistes en Syrie. Il avait Ă©tĂ© relĂąchĂ© en dĂ©cembre 2019, de maniĂšre anticipĂ©e. Il «se sentait proche de Daesh», selon le ministre de l’IntĂ©rieur autrichien Karl Nehammer.

«Le Bureau des Cultes a Ă©tĂ© informĂ© par le MinistĂšre de l’IntĂ©rieur que le tueur frĂ©quentait rĂ©guliĂšrement depuis sa sortie de prison deux mosquĂ©es de Vienne», a expliquĂ© la ministre des Cultes et de l’IntĂ©gration, Susanne Raab, lors d’une confĂ©rence de presse. «Selon les services de renseignement, la visite de ces mosquĂ©es a contribuĂ© Ă  radicaliser l’assaillant», a-t-elle ajoutĂ©.

Cette défaillance des services autrichien a également entraßné la suspension du responsable viennois de la lutte antiterroriste.

Sebastian Kurz en guerre contre l’«islam politique», un «danger» pour le mode de vie europĂ©en

Dans un communiquĂ©, l’IGGÖ, la principale organisation reprĂ©sentant les musulmans, qui gĂšre 360 mosquĂ©es, a confirmĂ© avoir procĂ©dĂ© Ă  la fermeture d’un lieu de culte qui «violait sa doctrine». «La libertĂ© est un bien prĂ©cieux dans notre pays, que nous devons protĂ©ger contre les abus, y compris quand ils Ă©manent de nos rangs», a commentĂ© son prĂ©sident Ümit Vural.

Au lendemain de l’attentat qui a fait quatre morts en plein centre de la capitale, le chancelier conservateur Sebastian Kurz avait affichĂ© sa dĂ©termination Ă  lutter contre l’«islam politique», une «idĂ©ologie» qui reprĂ©sente un «danger» pour le «modĂšle de vie europĂ©en».

Dans la foulĂ©e, la police avait procĂ©dĂ© Ă  l’interpellation de 16 hommes, dont certains dĂ©jĂ  connus de la justice pour des infractions Ă  caractĂšre terroriste. Six de ces suspects ont Ă©tĂ© remis en libertĂ©, a indiquĂ© vendredi 6 novembre Ă  l’AFP la porte-parole du parquet, Nina Bussek, les soupçons les concernant n’ayant pas Ă©tĂ© Ă©tayĂ©s.

Le responsable de la lutte antiterroriste suspendu

Le chef de la police de Vienne Gerhard PĂŒrstl a annoncĂ© ce 6 novembre que le responsable de la lutte antiterroriste à Vienne (LVT) Erich Zwettler avait Ă©tĂ© suspendu. Selon Gerhard PĂŒrstl, Erich Zwettler lui aurait demandé «de le suspendre de ses fonctions parce qu’il ne veut pas faire obstacle Ă  l’enquĂȘte».

Cette dĂ©cision intervient aprĂšs des rĂ©vĂ©lations de manquements dans la surveillance de l’assaillant qui a Ă©tĂ© signalĂ© par le renseignement slovaque, a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une remise de peine aprĂšs avoir tentĂ© de rejoindre la Syrie et est passĂ© par un programme de dĂ©radicalisation manquĂ©.

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page