MONDE

« Islamo-gauchisme » : Frédérique Vidal demande un bilan des recherches, stupeur du monde universitaire

À la surprise générale, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé avoir demandé au CNRS une enquête sur l' »islamo-gauchisme » à l’université. Cependant, le gouvernement reste prudent et rappelle l’indépendance des universités. 

Ce mardi 16 décembre, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé avoir demandé au CNRS « bilan de l’ensemble des recherches » ​qui se déroulent en France concernant l' »islamo-gauchisme », afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme.

L’islamo-gauchisme […] gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable.

« L’islamo-gauchisme […] gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable », avait-elle lancé, dimanche, sur CNews.

Le concept d’ »islamo-gauchisme » est un néologisme établissant un lien entre des personnalités classées à gauche et les milieux islamistes.

Dans les faits, il est souvent utilisé par ses détracteurs pour disqualifier les militants de gauche qui soutiennent la cause palestinienne, ou plus largement les mouvements anti-impérialistes dans le monde musulman, et qui de ce fait en seraient venus à épouser les thèses des islamistes radicaux.

Chasse aux sorcières ?

Si en octobre, une centaine d’universitaires avaient dénoncé dans une tribune publiée dans Le Monde « les idéologies indigénistes, racialistes et décoloniales (…) nourrissant une haine des Blancs et de la France », le monde professoral semble cette fois heurté par l’initiative de Frédérique Vidal. 

En effet, la Conférence des présidents d’université (CPU) a fait part de « sa stupeur », mardi, après l’annonce de Frédérique Vidal, évoquant notamment des « représentations caricaturales ». 

Nous sommes choqués par ces chasses aux sorcières dignes d’un autre régime.

Attachée à l’indépendance universitaire, la députée ariégeoise Bénédicte Taurine (LFI) dénonce une « police de la pensée, comme le rapporte La Dépêche. Nous sommes choqués par ces chasses aux sorcières dignes d’un autre régime. »

La ministre recadrée par le gouvernement

En réaction ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a tenu à rappeler « l’attachement absolu du Président à l’indépendance des enseignants-chercheurs »​.

La priorité pour le gouvernement, c’est évidemment la situation des étudiants dans la crise sanitaire, c’est évidemment la possibilité d’apporter un soutien financier aux étudiants en difficulté.

Il a également indiqué que « la priorité pour le gouvernement, c’est évidemment la situation des étudiants dans la crise sanitaire, c’est évidemment la possibilité d’apporter un soutien financier aux étudiants en difficulté, c’est évidemment de permettre aux étudiants qui le souhaitent de pouvoir revenir progressivement en présentiel à l’université ». 

« Aucune réalité scientifique »

Mercredi soir, le CNRS a tenu à répondre à Frédérique Vidal via un communiqué. Si le Centre national de la recherche scientifique s’est dit prêt à « participer à la production de l’étude souhaitée par la ministre », il a tout de même insisté sur un problème de taille : le terme d' »islamo-gauchisme » « ne correspond à aucune réalité scientifique ».

Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de position publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique.

« Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de position publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques », écrit l’organisme public.

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page