MONDE

Insolite : des pêcheurs vont gagner plus d’un million d’euros en vendant… du « vomi » de baleine

Des pêcheurs du Yemen vont prochainement toucher le jackpot. Ils peuvent espérer devenir millionnaires en revendant du « vomi » d’une baleine, appelé ambre gris, qu’ils ont trouvé samedi 13 février dans le golfe d’Aden. La substance est notamment prisée en parfumerie. 

L’argent n’a pas d’odeur. Des pêcheurs originaires du Yémen ne pourront bientôt plus contredire cette phrase. Ils ont espoir de gagner plus d’un million d’euros grâce à du « vomi » d’une baleine qui « se vend à un prix supérieur à l’or », rapporte The National News. Une incroyable histoire qui a débuté par la découverte d’un animal mort dans le golfe d’Aden, samedi 13 février.

127 kg d’ambre gris

Ce jour-là, des pêcheurs sont partis en mer et sont tombés sur le corps d’une énorme baleine flottant sur la surface de l’eau à 30 km des côtes. « Nous ne pouvions pas l’attraper, alors nous avons appelé tous les pêcheurs pour nous aider à la tirer vers le rivage. », a témoigné l’un d’entre eux. Au total, 37 hommes se sont mobilisés. Finalement, après avoir atteint une plage, ils ont pu extraire 127 kg d’ambre gris du cadavre de la bête parfois surnommée « or flottant ».

Une substance prisée en parfumerie

Désormais, les pêcheurs sont courtisés de toutes parts car cette déjection de baleine est rare et très prisée en parfumerie. Elle permet notamment de fixer d’autres parfums. « Ça coûte très cher du fait de ses propriétés singulières », avait déclaré sur la BBC Andrew Kitchener, le conservateur des animaux vertébrés au National Museum d’Ecosse. « C’est une base très importante pour les parfums et il est très difficile de lui trouver un substitut artificiel. »

Des hommes armés gardent le « vomi »

Les pêcheurs ont déjà reçu des offres, dont celle d »un homme d’affaires ». Ce dernier leur aurait proposé « de payer 45 000 rials saoudiens (soit 9 900 euros) par kilo si la substance est de très bonne qualité ». Mais tant que le marché n’est pas conclu, ils restent sur leur garde.

Ils protègent comme ils peuvent leur précieuse substance. Selon The National News, qui s’est rendu sur place, des hommes armés surveillent la maison dans laquelle le « vomi » est conservé. Les pêcheurs disent vouloir rapidement vendre l’ambre car ils craignent que la situation ne soit intenable si elle perdure. Mais une fois l’argent empoché, ils devront régler un problème de taille : « Nous avons eu une grande querelle sur la façon dont l’argent devrait être partagé. »

Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page