MONDE

«Inégalités criantes» : les commerçants veulent pouvoir rouvrir dès le 13 novembre

[ad_1]

Dénonçant l’inégalité des mesures de restriction, les représentants des fédérations de commerçants ainsi que le Medef et la CPME mettent la pression sur le gouvernement pour que les commerces puissent rouvrir dès le 13 novembre.

«Nous demandons solennellement au gouvernement de rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre et de mettre en œuvre de véritables mesures de soutien», ont demandé dans un communiqué commun le 2 novembre les représentants d’une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants, ainsi que les organisations patronales Medef et CPME.

«Le succ��s de la lutte contre la Covid-19 repose tout autant sur l’efficacité des mesures sanitaires que sur son acceptabilité collective», plaident-ils, ajoutant que les décisions prises ne pouvaient être acceptées que lorsqu’elles étaient «comprises et ressenties comme justes par tous».

«Force est de constater que ces conditions ne sont aujourd’hui pas réunies et que les inégalités et les incompréhensions restent criantes», estiment-ils encore. 

Parmi les signataires figurent François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), et Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef.

Sont également représentées: la Fédération des enseignes de la chaussure, la Fédération nationale des détaillants en maroquinerie et voyage, la Fédération de la maille, de la lingerie et du balnéaire, la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l’enfant, la Fédération nationale de l’habillement, la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé ou encore la Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison.

A leurs yeux, «ce sont plusieurs centaines de milliers de points de vente à travers la France et plus de 1,2 million d’emplois salariés et d’indépendants qui sont aujourd’hui menacés» par les mesures de reconfinement, décidées par le gouvernement pour tenter d’endiguer l’épidémie de Covid-19.

Amplification de la fronde

La fronde s’est amplifiée ces derniers jours chez les petits commerçants, contraints de fermer durant le confinement tandis que les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.

Pour apaiser les commerçants et au nom de «l’équité», le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 1er novembre que les rayons non essentiels des grandes surfaces devraient fermer à partir du 3 novembre, le gouvernement annonçant ensuite une «tolérance» jusqu’au 4 novembre.

Au moment d’annoncer le reconfinement pour une durée d’un mois, Emmanuel Macron avait déclaré que «si d’ici 15 jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces».

Les associations de commerçants ont par ailleurs demandé au gouvernement «d’étendre sans délai les mesures de soutien à l’ensemble des commerces, quelle que soit leur taille ou leur secteur». 

«Cette règle vaut aussi bien pour les loyers, le fonds de solidarité, les charges sociales ou encore les prêts participatifs», disent-elles, demandant également aux banques et aux assurances de «prendre toute leur part à cette crise». «Les pertes d’exploitation subies par les commerces doivent être indemnisées», demandent-elles enfin.

[ad_2]
Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page