MONDE

«Incitation à la haine» : l’organisation turque Loup gris dissoute en France annonce Gérald Darmanin

[ad_1]

Le groupe ultra-nationaliste turc Les Loup gris a été dissous en Conseil des ministres, ce 4 novembre. Ce mouvement véhicule «une idéologie tendant à discriminer voire à provoquer à la violence», selon Gérald Darmanin.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la dissolution du mouvement ultra-nationaliste d’origine turque Les Loups gris ce 4 novembre. Sur Twitter, il a écrit : «Le mouvement des « Loups Gris » a été dissous en conseil des ministres, conformément aux instructions du président de la République. Comme le détaille le décret que j’ai présenté, il incite à la discrimination et à la haine et est impliqué dans des actions violentes.»

Le décret stipule que «ce mouvement paramilitaire et ultra-nationaliste des Loups Gris, fondé en 1968 en Turquie» possède un «signe de ralliement» étant celui «des sympathisants de l’extrême-droite turque». Le document affirme qu’ «Ahmed Çetin, l’animateur du groupe en France, «véhicule sur les réseaux sociaux une idéologie tendant à discriminer voire à provoquer à la violence envers les personnes d’origine kurde ou arménienne». En France, «plusieurs foyers de ce mouvement ont ainsi été identifiés sur le territoire».

Un groupe réputés proches de Recep Tayyip Erdogan

Les Loups gris, dont le nombre de membres est difficile à quantifier, ne se sont jamais constitués en association loi 1901. Le code de la sécurité intérieure permet cependant la dissolution de groupements de fait. Fondé pour soutenir, l’idéologie fasciste MHP, le mouvement des Loups gris s’est fait connaître en commettant des actions violentes envers des minorités et militants d’extrême  gauche.

Plusieurs manifestations armées ont ainsi été organisées par le groupuscule, dont certaines très récemment. Dans la semaine du 26 octobre au 1er novembre, de nouveaux faits de violence ont été commis contre la communauté arménienne à Vienne (Isère) et à Dijon (Côte d’Or), sur fond de guerre dans la région indépendantiste du Nagorno Karabakh opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan soutenu par la Turquie. Le 28 octobre au soir, les forces de l’ordre étaient intervenues dans cette ville, haut-lieu de la diaspora arménienne, pour empêcher 250 membres de la communauté turque – verbalisés finalement pour non-respect du couvre-feu – d’en «découdre» avec les Arméniens.

Actifs en Turquie et au sein d’une partie de la diaspora en Europe, les Loups gris sont aujourd’hui réputés proches de Recep Tayyip Erdogan, même s’ils ne sont pas porteurs d’un discours religieux marqué comme celui du président turc. La dissolution intervient dans un contexte de fortes tensions diplomatiques entre France et Turquie autour de la question des musulmans de France et des caricatures du prophète.



[ad_2]
Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page