MONDE

Hypersexualisation ? Netflix retire l’affiche d’un film mettant en scène des filles de 11 ans

[ad_1]

Netflix a présenté ses excuses après avoir été accusé par des internautes d’«hypersexualiser» des enfants de 11 ans dans un visuel utilisé pour le film français «Mignonnes», que la plateforme diffuse en dehors de l’Hexagone.

Vivement interpellée par des internautes, la plateforme Netflix a annoncé le 20 août avoir retiré un visuel destiné à la diffusion du film Mignonnes hors de France. Elle montrait les protagonistes du film (rebaptisé Cuties sur le marché américain), des pré-adolescentes de 11 ans, en tenues moulantes et dans des poses suggestives.

Un visuel qui a valu à Netflix des accusations de promotion de la pédophilie, mais qui s’avère bien différent de celui utilisé en ce moment même en France, où le film vient tout juste de sortir en salle, et où l’on voit les mêmes jeunes filles se promener dans la rue en lançant des confettis. 

«Nous sommes profondément désolés pour le visuel inapproprié que nous avons utilisé pour Mignonne/Cuties», a fait savoir la plateforme sur les réseaux sociaux. «Ce n’était ni bien, ni représentatif de ce film français récompensé au festival de Sundance. Nous avons modifié l’affiche et la description» de l’œuvre, a ajouté Netflix.

Mignonnes, premier long-métrage de la réalisatrice Maïmouna Doucouré, dresse le portrait d’une petite parisienne de onze ans, tiraillée entre les règles d’une famille sénégalaise musulmane polygame et la tyrannie des réseaux sociaux. Outre Sundance, ce film a été primé à Berlin.

Parallèlement au buzz lié à l’affiche controversée, certains ont critiqué l’œuvre de la réalisatrice, accusant le film de promouvoir l’hypersexualisation des jeunes filles. Aux Etats-Unis, une pétition a même été lancée pour que Netflix retire le film du catalogue, «car il fait la promotion de la pornographie juvénile». Elle a recueilli au 21 août plus de 312 000 signatures.

La ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a défendu Maïmouna Doucouré sur Twitter : «Chacun est libre d’avoir un avis sur des cinéastes ou sur des films. Mais RIEN ne justifie le harcèlement dont Maïmouna Doucouré est la cible, précisément pour les sujets qu’elle interroge lucidement dans Mignonnes/Cuties. La liberté de création, c’est pour tout le monde !»



[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page