MONDE

Haut-Karabagh : des Arméniens brûlent leur maison avant l’arrivée prochaine des Azéris

[ad_1]

Quelques jours après la signature de l’accord de paix, selon lequel la majeure partie de Haut-Karabagh doit revenir à l’Azerbaïdjan, des Arméniens préfèrent incendier leurs maisons dans la région, plutôt que de les abandonner au voisin azéri.

Le 14 novembre, des volutes de fumée s’élèvent dans le ciel d’automne de la vallée. Charektar brûle. A la veille de l’arriv��e des troupes azerbaïdjanaises, les habitants arméniens de ce village près du Haut-Karabagh incendient leurs maisons.

«C’est le dernier jour, demain les soldats azerbaïdjanais seront là», déclare auprès de l’AFP, la gorge serrée, un de ces propriétaires. «C’est ma maison, je ne peux pas la laisser aux Turcs», comme les Arméniens appellent souvent les Azerbaïdjanais. 

Toute l’habitation été vidée, il ne reste qu’une énorme baignoire à massage au milieu d’une chambre, laissée là on ne sait pas pourquoi, et dont le plastique commence à fondre sous la chaleur du brasier, comme le constate l’agence de presse française.

«Tout le monde brûle sa maison aujourd’hui […] On nous a donné jusqu’à minuit pour partir», lâche-t-il, avant de remonter dans sa jeep, sans un regard derrière lui, et d’insulter: «Tous des traîtres, tous des enc****.»

Depuis le cœur du Haut-Karabagh, le village de Charektar marque l’entrée de la région de Kelbadjar, une étroite vallée serpentant le long de la rivière Tartar, au pied de hautes montagnes et de falaises à pic. Cette région fait partie du «glacis protecteur» formé par les forces arméniennes autour du Haut-Karabagh à proprement parler, dont une partie doit revenir à l’Azerbaïdjan selon les termes de l’accord de paix.

Charektar en est l’une des principales zones habitées, et sans doute plus de la moitié des maisons du village, pour beaucoup de modestes masures de paysans de montagnes, y ont été incendiées ces dernières 24 heures par leurs propriétaires sur le départ.

Comme le révèle l’AFP, A chaque fois les mêmes scènes se retrouvent autour des logis en flammes. Des hommes en treillis militaires, de retour des lignes de front, embarquent tout ce qu’ils peuvent à bord d’antiques camions cahotants.

Quand et comment vont arriver les forces azerbaïdjanaises ? Nul ne le sait. Les autorités du Haut-Karabagh ont assuré que la route de Kelbadjar, aujourd’hui unique voie reliant l’enclave à l’Arménie, restera sous leur contrôle. Des soldats russes y circulent. Sur cette même route, c’est la grande migration. La circulation est incessante vers la ville frontière arménienne de Vardenis, via le col de Sodits à 2 700 mètres d’altitude. Tout ce qui est transportable à Kelbadjar d’ici le soir du 14 novembre semble être en train d’être rapporté.

Accord de paix

Un accord de paix signé le 9 novembre entre Erevan et Bakou sous l’égide de Moscou a mis fin à près de sept semaines d’intenses combats au Haut-Karabagh, enclave montagneuse disputée depuis des décennies entre ces deux pays du Caucase.

Selon les termes de ce texte, qui consacre la défaite de l’Arménie, l’Azerbaïdjan reconquiert près de trois quarts des territoires sous contrôle arménien depuis une première guerre dans le début des années 1990. L’Azerbaïdjan a notamment conquis la ville de Chouchi qui est, pour Bakou, une cité historiquement azerbaïdjanaise, se situant à une quinzaine de kilomètres de la capitale du Haut-Karabagh Stepanakert, et sur la principale route reliant la république autoproclamée à l’Arménie, son principal soutien.

Des forces de maintien de la paix russes ont été déployées dans la zone de conflit pour s’assurer du maintien de la trêve. Près de 2 000 soldats russes doivent d’ailleurs être prochainement déployés dans tout le Haut-Karabagh, autour des anciennes lignes de front de Martakert (nord) et Martouni.

L’Arménie a reconnu le 14 novembre avoir perdu plus de 2 300 soldats dans le conflit. «A l’heure actuelle, les corps de 2 317 militaires tués, parmi lesquels des corps non identifiés, ont été pris en charge par le service d’examen médico-légal», a fait savoir sur Facebook la porte-parole du ministère arménien de la Santé, Alina Nikoghosian.

L’Azerbaïdjan pour sa part ne communique pas ses pertes militaires, rapportant simplement 93 civils tués par les bombardements arméniens. Le président russe Vladimir Poutine, qui fait office d’arbitre dans la région, avait affirmé de son côté le 13 novembre que les combats avaient fait plus de 4 000 victimes et 8 000 blessés, ainsi que des dizaines de milliers de réfugiés.

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page