2.5 C
New York
vendredi, octobre 23, 2020
Accueil MONDE Hamza Abbou alias "Le Botch", tenait le plus gros réseau de trafic...

Hamza Abbou alias « Le Botch », tenait le plus gros réseau de trafic de drogue de Toulouse

[ad_1]

l’essentiel
Présenté comme le plus important dealer d’herbe de cannabis de la ville, Hamza Abbou a été arrêté après presque trois ans de cavale à Saint-Denis (93). Retour sur un parcours et une personnalité atypiques.

Charmeur, il est beau, grand et costaud. Loin d’être la caricature de la « racaille », il maîtrise bien la langue française. Un bagout qui y est sûrement pour beaucoup dans son approche du trafic de stupéfiants. Car la violence, en l’occurrence, ce n’est pas vraiment sa came. Le dealer Hamza Abbou a été arrêté la semaine dernière en région parisienne après presque trois ans de cavale et alors que trois mandats d’arrêt planaient au-dessus de sa tête. Dont le dernier en raison d’une implication présumée dans un trafic d’armes pour lequel il a fait l’objet d’un deuxième mandat de dépôt, ce jeudi, malgré ses dénégations devant les magistrats toulousains.

Une charte qualité

Dépeint comme le « Monsieur Marijuana » de la Ville rose, ce jeune homme âgé de 25 ans était en fuite depuis décembre 2017. Il n’avait pas jugé utile d’entendre le délibéré du tribunal correctionnel qui le condamnait à 6 ans d’emprisonnement dans le cadre du dossier baptisé « Varèse 1 ». Les juges ont estimé que celui qu’on appelle « Le Botch », ou le fou, est bel et bien le chef de ce point de deal du secteur Mirail-Université. Un trafic lucratif qui génère en moyenne un colossal profit de 25 000 € chaque jour. Soit le plus prolifique de Toulouse.

Est-ce grâce au sens du commerce de son « boss » qui habite depuis son enfance juste au-dessus de ce hall d’immeuble, situé au n° 5 du cheminement Edgard-Varèse, où se bousculent les toxicomanes en tout genre ? Des étudiants, plus rares ces derniers temps, des cadres, parfois, et des femmes, aussi, ou tout simplement des junkies qu’il a su fidéliser en employant des techniques de marketing qui n’ont rien à envier à certains cols blancs : cadeaux, promotions express sur les réseaux sociaux et même, des packs de Noël avec des produits « innovants ». Et surtout, Hamza Abbou aurait su les rassurer sur la qualité de la marchandise en érigeant Varèse au stade d’une marque de la drogue. Les petits sachets hermétiques – qui permettent de mieux conserver ce cannabis très odorant – floqués au nom du point de deal avec des couleurs fluo, c’était lui dit-on à la brigade des « stups ». Né en Hollande s’est-il inspiré de son pays d’origine ? « Il est très intelligent et c’est un vrai commerçant », commente-t-on.

Mais « Le Botch » est-il vraiment fou ? Souple, c’est une évidence à en croire ses exploits de yamakasi sur les murs décrépits de certains blocs d’immeubles de La Reynerie. Rarement pour le pur plaisir de se dégourdir les jambes. Mû par son inconscience et l’appât du gain, il avait d’ailleurs été interpellé par le Raid en 2016 quasiment suspendu à un balcon à plusieurs mètres de hauteur, avec un sac de marque de luxe à la main. Hamza Abbou a du goût. À l’intérieur, 150 000 €. La bagatelle de six jours de travail.

Le dossier « Varèse 2 » rejugé en novembre

« Depuis cette arrestation spectaculaire, il est devenu un mythe mais on lui taille un costume beaucoup trop grand pour lui ! Je rappelle qu’en 2016, on parlait d’un gamin de 20 ans au casier vierge. Le chiffre d’affaires de 25 000 € par jour et le fait qu’il aurait été au sommet de l’échelle sont des hypothèses policières qui n’ont jamais été démontrées », estime Me Alexandre Parra-Bruguière. En tout cas, elles ont été confirmées par la justice. Deux fois. Car alors qu’il se planquait en Seine-Saint-Denis – un vivier de guetteurs itinérants travaillant notamment pour ses homologues des Izards – , il était encore condamné, en son absence, à 10 ans de prison avec 100 000 € d’amende dans le cadre du dossier baptisé « Varèse 2 ».

Un jugement désormais contesté par Me Parra-Bruguière qui devrait plaider dans un délai de 2 mois, comme la loi le prévoit. Normalement, en présence de son client qui n’aura pas à Seysses la même latitude de mouvements.

[ad_2]

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Mercato | Mercato – PSG : Un contrat en or promis à Xavi Simons ?

Mercato - PSG : Leonardo doit-il absolument prolonger Neymar ? ...

Mercato | Mercato – PSG : Un grand nom du projet QSI déjà sondé pour remplacer Tuchel ?

Mercato - PSG : Leonardo doit-il absolument prolonger Neymar ? ...

Recent Comments