MONDE

Grande-Bretagne : Boris Johnson annonce sa démission du poste de Premier ministre

La position de Boris Johnson était devenue intenable. AprĂšs des mois de scandales et de mise en cause de son attitude personnelle dans la conduite du Royaume-Uni, une salve de dĂ©missions dans son propre gouvernement a contraint le premier ministre britannique a dĂ©missionnĂ© de la tĂȘte du parti conservateur ce jeudi dans une allocution. Ce qui signifie qu’il va ĂȘtre remplacĂ© par un nouveau premier ministre dans les prochaines semaines ou mois. En attendant que son successeur soit nommĂ©, Boris Johnson reste premier ministre.

Sa dĂ©mission du gouvernement était attendue. Ces derniĂšres 24 heures, des ministres d’envergure comme celui des Finances Rishi Sunak, de la SantĂ© Sajid Javid, et prĂšs de la moitiĂ© de l’ensemble des collaborateurs qui composent l’exĂ©cutif du Royaume-Uni ont quittĂ© leur poste. Deux personnalitĂ©s Ă©minentes dont le destin politique doit beaucoup Ă  Boris Johnson. Les lettres de dĂ©mission diffusĂ©es sur les rĂ©seaux sociaux regrettent la perte de confiance en Boris Johnson dans la conduite du pays. Ces dĂ©parts ont Ă©tĂ© suivis de nombreux appels de membres du parti conservateur Ă  la dĂ©mission de celui qui est devenu premier ministre en 2019, succĂ©dant alors Ă  Theresa May.

AchevĂ©… par ses propres ministres

La fronde qui a acculĂ© l’ancien maire de Londres Ă  la dĂ©mission vient en effet de son propre camp conservateur, lassĂ© par des mois de scandales qui rendaient une Ă©viction de Boris Johnson de plus en plus probable. Le premier ministre avait – entre autres – participĂ© Ă  des fĂȘtes clandestines en 2020 dans ses bureaux tandis que le reste du pays subissait un confinement strict. La semaine derniĂšre, des accusations d’agressions sexuelles contre un poids lourd de sa majoritĂ©, responsable adjoint de la discipline des parlementaires conservateur, ont achevĂ© de dĂ©crĂ©dibiliser Boris Johnson et son Ă©quipe.

Des rĂ©vĂ©lations que l’opinion publique britannique a eu du mal Ă  digĂ©rer, confrontĂ©e Ă  une double crise sanitaire et Ă©conomique avec une inflation record de 9,1% en mai sur un an, des pĂ©nuries de main-d’Ɠuvre inĂ©dites qui paralysent des secteurs entiers dont les transports. Le gouvernement de Boris Johnson et son ancien ministre des Finances Rishi Sunak se sont vus reprocher de ne pas agir suffisamment contre l’inflation avant de dĂ©bloquer plusieurs dizaines de milliards d’euros d’aides financĂ©s par une taxe sur les superprofits des Ă©nergĂ©ticiens.

Au-delĂ  des difficultĂ©s politiques de Boris Johnson, sa promesse de rĂ©aliser effectivement le Brexit a bien Ă©tĂ© tenue mais a surtout plongĂ© le pays dans une pĂ©riode d’incertitudes, tant pour son Ă©conomie oĂč les pĂ©nuries se multiplient que pour ses relations diplomatique encore floues et en suspens avec le Vieux continent. Loin du projet annoncé de faire du Brexit une grande opportunitĂ© Ă©conomique.

Reste Ă  savoir qui succĂ©dĂ©ra Ă  Boris Johnson. Du cĂŽtĂ© des conservateurs, plusieurs noms circulent pour entrer au 10 Downing Street, qu’il s’agisse de l’ancien chancelier de l’Ă©chiquier Rishi Sunak, de la ministre des Affaires Ă©trangĂšres Liz Truss ou du ministre de la SantĂ© Sajid Javid.

(Avec AFP et Reuters)

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page