MONDE

Deux gendarmes répriment la pratique du «topless» sur une plage, Twitter s’enflamme


Les réactions se sont multipliées sur Twitter après que deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes qui bronzaient seins nus de remettre leur haut de maillot de bain. Plusieurs personnalités ont manifesté leur mécontentement.

Levée de boucliers sur les réseaux sociaux après un fait divers qui ne manque pas de sel. Le 20 août, sur la plage de Sainte-Marie-la-mer, dans les Pyrénées-Orientales, deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes de remettre leur haut de maillot de bain alors qu’elles étaient en train de bronzer sur la plage rapporte France 3 Occitanie.

«Nous apercevons deux gendarmes, un homme et une femme, qui arpentent la plage et s’arrêtent à quelques mètres de nous pour s’adresser à une dame d’une soixantaine d’années. De là où nous nous trouvons, impossible d’entendre ce qu’ils lui disent. Mais nous voyons cette femme s’agiter après leur départ, visiblement troublée, et fouillant frénétiquement dans son sac à la recherche de son haut de maillot de bain», raconte Marie, une vacancière présente sur la plage, aux journalistes de la chaîne publique.

Poursuivant leur route, les deux agents des forces de l’ordre vont alors, selon elle, demander aux femmes se trouvant seins nus sur la plage de remettre leur haut de maillot de bain. «J’étais tellement choquée de ce qui se passait sous mes yeux, c’est mon âme de féministe qui a parlé, je suis allée les voir et je leur ai demandé si pour eux, bronzer les seins nus était une atteinte à la pudeur ? Ils m’ont demandé de circuler et ont quitté la plage, juste après mon intervention», témoigne-t-elle.

L’information a été confirmée par la mairie de Sainte-Marie-la-mer auprès de nos confrères, expliquant que les gendarmes avaient été sollicités par une famille dont les enfants étaient choqués de voir des femmes bronzer les seins nus.

«Honteux», pour le député ex-LREM Aurélien Taché

Un fait divers qui n’a pas manqué de faire réagir de nombreuses personnalités politiques mais aussi médiatiques. Ainsi le présentateur de télévision Christophe Dechavanne s’étonne de la situation sur Twitter : «C’est fou quand même, il y a 30 ans encore, les femmes qui le voulaient étaient seins nus à la plage.»

Le député du Val d’Oise, ancien LREM, siégeant désormais au sein du du groupe Ecologie, démocratie et solidarité, Aurélien Taché s’offusque sur le même réseau social : «Honteux. Quand l’État cessera-t-il de vouloir faire la morale, en particulier aux femmes !?»

Toujours sur Twitter, le député Les Républicains (LR) d’Eure-et-Loire, Olivier Marleix, se moque quant à lui de Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté. «Voilà LE sujet qui justifie qu’on ait nommé Marlène Schiappa ministre déléguée auprès du ministre de l’Interieur !», commente-t-il non sans ironie.

Du côté du Rassemblement national, le membre du bureau national, Jean Messiha y voit un effet du «remplacement ethnique et identitaire». «Par contre, demander à des femmes un burkinis […] de mettre un maillot de bain normal c’est stigmatiser», se désole-t-il sur la plateforme de microblogging.

Pour rappel, aucune loi n’interdit la pratique consistant à bronzer seins nus sur la plage. Comme le précise France 3 Occitanie, les plages ne son pas concernées par le délit d’exhibition sexuelle compte tenu de l’évolution des mœurs et usages.




Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page