MONDE

Des trombes d’eau dans le commissariat de Bobigny où des morceaux de plafond s’effondrent

Une rupture de canalisation est à l’origine de ce dégât des eaux. Plusieurs centimètres d’eau tapissaient les couloirs de l’hôtel de police de Bobigny ce lundi, ce qui a entraîné la fermeture du bâtiment mercredi 17 février. 

La vidéo, publiée sur Twitter par le syndicat Unité SGP Police 93 et relayé par Le Parisien, est impressionnante. On y voit le commissariat de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, transpercé par les eaux. Au sol, plusieurs centimètres s’accumulent, alors que des trombes d’eau s’échappent du plafond, lequel s’effondre par endroits, fragilisé par le sinistre. Ce dégât des eaux aurait été provoqué par la rupture d’une canalisation, inondant les deux premiers étages. 

La canalisation s’est rompue au niveau du service de la sûreté territoriale et du service judiciaire du commissariat, entraînant des coupures d’électricité.

« La canalisation s’est rompue au niveau du service de la sûreté territoriale et du service judiciaire du commissariat, entraînant des coupures d’électricité », explique un policier au Parisien.

Aujourd’hui, 5 centimètres d’eau tapissent les couloirs du 1er et 2eme étages de l’hôtel de police de Bobigny.USGP 93 sollicite le Service des Affaires Immobilières afin qu’un état des lieux du bâtiment soit réalisé afin d’éviter que cela se reproduise ! pic.twitter.com/CIXil11UxG— UNITÉ SGP POLICE 93 (@unitesgp93) February 17, 2021

Par ailleurs, plus de 400 personnes travaillent dans le bâtiment situé rue de la Carency qui, en plus du commissariat, abrite les services de la sûreté territoriale et la police judiciaire. Parmi elles plusieurs dizaines ont été contraintes de quitter les lieux.

Les policiers en colère

Les personnes gardées à vue ont été déplacées vers d’autres hôtels de police, tandis que les appels téléphoniques ont été transférés vers le commissariat Noisy-le-Sec.

USGP 93 sollicite le service des affaires immobilières afin qu’un état des lieux du bâtiment soit réalisé afin d’éviter que cela se reproduise !

Si la situation devrait revenir normale ce jeudi 18 février, la colère gronde en interne : « USGP 93 sollicite le service des affaires immobilières afin qu’un état des lieux du bâtiment soit réalisé afin d’éviter que cela se reproduise ! » fait savoir le syndicat dans son message publié sur les réseaux sociaux.

Inauguré en 2003, le bâtiment avait déjà été victime d’un dégât des eaux en 2018 après l’explosion des canalisations des toilettes.

Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page