MONDE

Covid-19 : un nouveau record de décès en Russie


La Russie a enregistré mardi 17 novembre un nouveau record de décès quotidiens dus au Covid-19 avec 442 morts, l’épidémie s’aggravant en régions.

Mardi 17 novembre, les autorités ont annoncé avoir enregistré le décès de 442 personnes au cours des dernières 24 heures, trois de plus que le précédent record du 12 novembre.

Au total, 33 931 malades sont décédés du coronavirus depuis le début de la pandémie mais ce bilan reflétant une létalité bien moindre qu’ailleurs dans le monde est sujet à caution, les autorités russes ne recensant que les décès qui, après autopsie, ont pour cause première établie le coronavirus. Les données démographiques de la période mars-septembre 2020 témoignent d’une surmortalité de 117 107 décès par rapport à la même période de 2019. 

A ce jour, le nombre de nouvelles infections était de 22 410 pour un total de 1 948 603 malades, plaçant la Russie au cinquième rang mondial. Les autorités russes ont jusqu’ici exclu tout nouveau confinement national, estimant que des mesures restrictives comme celles imposées au printemps seraient trop dommageables pour l’économie. Pourtant, le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko a affirmé plus tôt que 84% des lits d’hôpitaux dédiés au coronavirus étaient occupés.

Si la capitale russe reste l’épicentre du coronavirus dans le pays avec entre 5 000 et 7 000 nouveaux cas quotidiens, la situation est de plus en plu inquiétante en province qui concentre désormais le trois quart des nouveaux patients.

Dans la région d’Ivanovo, au nord-est de Moscou, le ministre de la Santé régional Artour Fokine a admis que les morgues étaient débordées. «On recherche des chambres froides supplémentaires parce que les morgues ne peuvent plus gérer le stockage des corps», a-t-il dit lors d’une réunion officielle, rapporte l’AFP.

Selon le journal indépendant Novaïa Gazeta, les pharmacies de plusieurs régions manquent par ailleurs de médicaments prescrits pour lutter contre les symptômes du Covid-19 ou de la grippe. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux se multiplient aussi, montrant des hôpitaux où les patients doivent être pris en charge jusque dans les couloirs. 

La Russie, et Moscou en particulier, avait imposé un confinement très strict pour freiner l’épidémie au printemps. Mais cet automne les autorités ont laissé aux régions le choix des mesures. Seule la République de Bouriatie (région en Sibérie orientale), a ordonné un confinement du 16 au 30 novembre.

Lundi 16 novembre, le Premier ministre Mikhaïl Michoustine a blâmé les collectivités régionales pour avoir tardé à réagir. «Dans la plupart des régions où la situation est tendue, la raison tient dans la décision tardive d’imposer des mesures. Cela met en danger la vie des gens, met le système de santé sous pression», a-t-il déclaré.


Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page