MONDE

Covid-19 : Des centaines de manifestants demandent le retour des messes publiques


Des catholiques pratiquants sont furieux ! Près de 200 personnes se sont rassemblées devant l’église de Saint-Sulpice à Paris pour réclamer la levée de l’interdiction des messes publiques en raison du confinement. D’autres sont prévus ce week-end.

La mobilisation devant l’église de Saint-Sulpice à Paris le 13 novembre pour réclamer la levée de l’interdiction des messes publiques, en raison du confinement, a réuni près de 200 personnes, selon notre reporter sur place.

Des chants religieux ont été entonnés devant l’édifice catholique.

Interrogé par RT France, Guillaume Lagravière du Collectif objectif messe plaide pour «le retour de l’accès public aux messes» car il estime que pour les catholiques, «c’est le centre de [leur] vie spirituelle et ça compte énormément».

Les catholiques ont prévu les 14 et 15 novembre plusieurs autres manifestations pour réclamer de pouvoir continuer à célébrer la messe, suspendue pendant le confinement.

Elles ont notamment été autorisées pour le 15 novembre à Paris sur le parvis de l’église Saint-Sulpice et à Nantes, où un rassemblement avait déjà réuni 500 personnes le week-end dernier.

«Au vu du contexte terroriste et sanitaire, cette manifestation devra se tenir selon des modalités précises», a précisé la préfecture de Loire-Atlantique, informant que le rassemblement ne pourrait pas avoir lieu devant la cathédrale mais sur la place Graslin, à une quinzaine de minutes à pied.

A Lyon, en revanche, l’administrateur apostolique Monseigneur Michel Dubost a appelé le 13 novembre les chrétiens à être «patients» et à ne pas se rassembler après l’appel lancé aux fidèles à manifester ce 15 novembre.

«Ne nous rassemblons pas, ni à l’extérieur, ni à l’intérieur des églises et montrons notre capacité à respecter les cadres qui nous sont donnés au nom de la santé publique», écrit Michel Dubost dans un communiqué.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a d’ailleurs exprimé une certaine fermeté le 13 novembre. «Je ne souhaite pas envoyer les policiers et gendarmes verbaliser des croyants devant une église, évidemment, mais s’il s’agit d’un acte répété et manifestement contraire aux lois de la République, je le ferai dès ce week-end», a-t-il déclaré au micro de Franceinfo, ajoutant qu’il n’y aurait «plus de week-end de mansuétude».


Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page